PREDEFINIS
ANNONCES
11/04 ▬ Le contexte ainsi que le design du forum sont en cours de modifications. Nous faisons de notre mieux pour le rendre plus captivant et plus amusant ! N'hésitez pas même si vous êtes invités à nous donner des conseils dans la partie "invité". Merci !

28/01 ▬ Le forum est maintenant interdit aux moins de 18 ans. Un nouveau thème "mature" va être installé jeudi.
01/01 ▬ Vous pouvez proposer un lien aux invités / Les invités peuvent désormer avoir un lien avant leur inscription.
27/12 ▬ Vitaliy cherche des partenaires RPs
23/12 ▬ Les partenariats sont en cours d'ouverture
26/11 ▬ Nouveau thème mis en place ♥
NOS POTOS
Les design de ce forum à été fait par nectarinne avec l'aide de never-utopia et cccrush, merci de respecter son travail et de ne rien copier !
Chapitre I
HIVER • 2°C
Contexte
La fainéantise, c'est un défaut qui dort en chaque humain. Depuis que les robots ont été inventés et vendus à prix raisonnables, les humains se servent d'eux pour ramener de l'argent au foyer à leur place. Malheureusement, il ne s'agit plus seulement de cela : les sorties, les achats, les rencontres tout, a été touché par cette vague d'usage robotique. De ce fait la crise est présente au Japon, elle est à la fois économique mais aussi amoureuse. Les couples deviennent rares, tout comme les enfants. Pour cette raison, le gouvernement devait agir et il a fait appel à nous. Nous sommes le laboratoire Relife, secret aux yeux du monde, personne ne nous connaît. Nous avons inventé deux pilules pour faire vieillir ou rajeunir la personne et ainsi la réhabilité au monde du travail. Un vieux retournera au lycée et un jeune ira travailler. Leur monde sera inversé, ainsi ils pourront se sociabiliser de nouveau. Qu'est-ce qui poussera ses gens à participer ? L'argent. Ils seront payés autant que leurs humanoïdes leur rapportent et surtout, ils pourront faire des achats aux frais du laboratoire pendant la durée du programme : soit un an !
Partenaires

Staff
Eren
fondateur
ProfilMP
Kyoya
Codeur
ProfilMP
Levi
Administrateur
ProfilMP
Toi ?
Rang
ProfilMP
Toi ?
Rang
ProfilMP
Toi ?
Rang
ProfilMP

 :: Préfecture de Kyoto :: Logements :: Appartement Kaizaki / Akatsuki Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[pv Levi] Retour vers le passé
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant





Invité
Invité
Mer 14 Sep - 20:53

Je rentre du travail. Aujourd'hui, je n'ai eu qu'à taper des rapports sur des cibles potentielles, mais c'est épuisant de rester toute la journée devant un écran. Je suis rentré assez tôt, de plus grâce au nouveau train Osaka-Kyoto je ne mets plus que dix minutes à faire l’allée. Du coup à dix sept heures vingt je suis chez moi. Mon travail demande beaucoup de boulot, parfois même à la maison et pour cette raison je suis plutôt bien rémunéré. Je baille et passe le pas de la porte. Aujourd'hui ça aurait pu être une journée comme une autre, seulement à partir de ce soir je reçois un colocataire plus que spécial. Il y a une semaine maman m'a appelé pour me dire que le fils de sa meilleure amie est en galère, qu'il a besoin d'un appartement et que je le connais assez pour lui faire un prix d'ami. Je comprend parfaitement qu'il n'ai pas envie de vivre chez ses parents, avec la tension que sa mère lui mettrai.

Comme j'ai quitté l'école à dix neuf ans, ça doit faire à peu près neuf ans qu'on ne c'est pas vu. Il doit avoir bien changé depuis. Physiquement, mentalement, à quoi il ressemble maintenant ? Je décide de me prendre une douche, une fois terminé je m'habille d'une chemise légère et écru accompagné d'un jean. Je vais dans le salon et je regarde l'heure, je ne sais même pas quand est-ce qu'il arrivera. Bon, de toute façon j'ai dû boulot. Je me dirige dans sa chambre, elle est légèrement plus petite que la mienne mais il y a tout de même pas mal de surface. C'est la chambre au fond à droite. Il aura le droit à un lit double avec un matelas jamais utilisé ou peut-être deux fois... Le luxe, non ? J'aère bien sa chambre, je commence déjà à apercevoir le soleil se coucher. Je mets des draps gris, ils sortent tout juste de la machine. J'ajoute deux coussins un dur et un plus moelleux. Je suis entrain de gâter mon cher ami. Dans les chambres il n'y a pas de télé, elle est dans le salon, mais s'il veut il y a une bibliothèque dans le salon il pourra se servir. Je tape dans mes mains et la lumière s'éteint, puis je me dirige vers la sortie. Je pense que je vais commencer à faire à manger. Je vais dans la cuisine et regarde ce qu'il y a dans le frigo. Mes petits plats n'étant pas réellement délicieux je décide de lui faire quelque chose de simple. Des boulettes de riz avec un peu de viande. J'entends la sonnette retentir. J'enlève mon tablier et je me dépêche d'aller ouvrir. J'ai tellement envie de le voir ! J'ouvre la porte un grand sourire accueillant au lèvre et me décale pour qu'il puisse rentrer.

« Ah Levi, ça fait tellement longtemps ! Viens entre. »

J'ai envie de le prendre dans mes bras, j'ai faillis le prendre dans mes bras, mais comment va t'il le prendre ? Après tout, on ne c'est pas quitté en de bon terme, enfin c'est de ma faute. On ne va pas parler du passé maintenant, ce soir c'est les retrouvailles, je m'excuserai demain.

« Je ne sais pas si tu as mangé, mais le riz est cuit dans deux minutes. Hum je vais te montrer ta chambre ensuite on ira manger et je te montrerai le reste de l'appartement. Enfin si tu veux bien ! »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age IRL : 23
Messages : 38

Informations
Ton scientifique / cobaye: De.quoi.tu.parles ? ._.
Ton humanoïde / employeur: Pas les moyens.
Ton amoureu(se)x: Ma main.
Je ne cherche pas de travail / Humain
Voir le profil de l'utilisateur




Levi Akatsuki
Je ne cherche pas de travail / Humain
Mer 14 Sep - 22:01

RETOUR VERS LE PASSÉ.
Serrant les dents, je prépare mes cartons : aujourd'hui, je déménage, je vais me retrouver en colloc. L'idée de partager un appartement avec quelqu'un me dérange déjà, mais là, c'est le summum. Retrouver Eren, ce petit traître que je me suis juré de ne jamais revoir, dépendre plus ou moins de lui, ça me dégoûte. Et à qui la faute ? Ma putain de mère. Si je suis parti du foyer familial, c'est à cause de ses conneries, et maintenant elle culpabilise en me voyant galérer et crouler sous les factures ? Je me marre, elle se fout de moi de A à Z. Et comme mon proprio m'enlève son taudis, je n'ai pas le choix.

Je passe quelques coups de fil jusqu'à trouver une âme charitable pour m'aider à porter les cartons. Y'a qu'un plan cul qui a accepté, les autres peuvent pas me blairer et lui, il veut que je le paie en nature. Bwarf, il est plutôt mignon et ça me dérange pas plus que ça. J'accepte et lui donne rendez-vous à 17h, pour charger le tout et nous rendre chez mon ancien meilleur ami.

Une fois devant la porte, je soupire, mon visage affichant sa mine blasée habituelle. En plus de ça, j'ai des cernes interminables dues à mes insomnies. Je sonne, puis aperçois quelques secondes après la mine réjouie d'Eren. Qu'est-ce qu'il a a sourire comme ça cet idiot ? Il n'a pas vraiment changé, j'aurai trouvé ça mignon, avant... Mais là, avec tout ce qui s'est passé dans ma vie, ça a juste le don de m'énerver. Je lui jette un regard noir et lui lance sèchement :

Tu m'étonnes que ça fait longtemps...

Je prends un carton, et fait exprès de le bousculer en passant à ses côtés. Il est sérieux avec tout ses p'tits plans foireux, manger avec lui ? Il veut pas que je mette des chandelles non plus ?! J'hausse les épaules, essayant de me contenir au mieux. Après tout, si on en est là, c'est la faute de nos mères... Froidement, je réplique.

Comme tu veux. Mais sache que j'avais aucune envie de voir ta tronche, donc calme ta joie, merci.

Je fais signe au mec qui m'aide à porter mes affaires d'entrer. Une fois 2-3 aller-retour effectué et mes affaires à l'intérieur, je le remercie.

Merci, j'te paierai demain soir.

Comme un avant goût du paiement, j'attrape l'homme par le col et l'embrasse. Je soupire et le pousse jusqu'à dehors en grognant.

Allez, bouge, tu vas pas camper ici non plus.

Je claque la porte et m'y adosse, portant à nouveau mon regard sur Eren et prenant le temps de le reluquer, un peu pour tester sa réaction. Je plonge une main dans la poche de mon jean noir troué, histoire de trouver mon paquet de clope : j'ai besoin d'en fumer une pour me calmer.

Bon, ma chambre alors ?

Je porte la cigarette à ma bouche, et l'allume, j'en ai rien à foutre de savoir si ça le dérange ou pas, je suis chez moi aussi maintenant ; il devra s'y faire.


Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Jeu 15 Sep - 17:46

Mon regard reste figé sur lui, il est comme dans mes souvenirs, mais un peu plus mal en point. Il a des traits plus mature qui le font ressembler plus à un homme, toujours la même tête décomposée, mais ça je suis habitué et surtout ces cernes... Elles sont si profondes. Je m'inquiète déjà pour sa santé, il a peut-être eu un passé compliqué, mais maintenant c'est fini. Je vais l'aider à reprendre sa vie en main, après tout c'est mon job non ? Oui mais cette fois ci je n'aiderai pas une personne en tant que scientifique, mais en tant qu'ami.

« Toujours aussi agréable hein ? "


J'ai beau garder le sourire ses paroles me font mal au cœur. Ok, je le mérite, ok c'est de ma faute, mais j'aurais pensé que Levi aurait tourné la page, au moins un peu. Je regarde l'inconnu trimbaler un chien derrière lui, enfin un chien... Un humain. Mes yeux se mette à cligner instantanément alors que Levi embrasse sous mes yeux un homme. Alors il a changé de bord ? Je rougis et détourne le regard. Alors qu'il claque la porte.

« Hey doucement j'ai des voisins ! … Tu es dur avec ton petit ami, il t'a tout de même aidé. »

Je secoue la tête et mes rougeurs se dissipent. Il fait comme il veut après tout enfin comme il veut, pas pour tout. Je le regarde prendre en main une cigarette et commencer à l'allumer. Non, non et NON ! Comme je sais qu'il est une tête de mule je le laisse parler, fumer une latte et je me dirige vers lui. J'attrape sa cigarette et l'écrase sur un petit pot pas très récent avant de lever mon doigt vers le haut du mur du salon.

« Tu ne peux pas fumer dans la maison, il y a des détecteurs d’incendie sans oublier que j'ai ajouté de quoi éteindre le feu. Si tu ne veux pas te retrouver trempé le seul coin ou tu peux fumer c'est le balcon et tu verras il est très grand ! »


Sans oublier que je ne supporte pas l'odeur de la clope. La journée je ne suis pas souvent à la maison alors j'ai installé de quoi sécuriser mon appartement. Je vais à la cuisine et jette le mégot dans la poubelle. Je me tapote les mains et retourne dans le salon avant de faire un signe de tête à Levi.

« Bon du coup, tu peux manger dans la chambre si tu préfères. Par ici tu as la cuisine, à côté tu as la salle de bains  et juste en face tu as ta chambre. »


En passant dans le couloir je lui ai simplement montré du doigt les divers pièces sans lui ouvrir. Je n'ai pas jugé utile de lui indiquer ma chambre, à quoi bon ? De toute façon c'est la seule pièce que je n'ai pas indiqué donc s'il a  besoin d'aide il aura l'intelligence de savoir où se trouve ma chambre. J'ouvre sa chambre et le laisse entrer restant sur le pas de la porte puisque maintenant c'est avant tout sa pièce.

« Si jamais tu as des draps dans ce placard, des livres dans le salon, la télé aussi et dans le salon. Si tu veux inviter ton petit-ami tu peux mais ne sois pas trop bruyant. Oh j'allais oublier, tu ne peux pas non plus fumer ici. »


Je pointe du doigt la bouche d'eau qui s'allumera si la moindre fumée est détectée. Je lui souris et réfléchis en silence une minute tout en observant la chambre sans rentrer encore une fois.

« Bien je crois avoir tout dis, je te fais confiance pour ne pas faire de cette chambre un capharnaüm. Je vais dans la cuisine, tu viendras chercher ton assiette. »


Je ferme la porte et soupire. J'avais tellement envie de manger avec lui... Je me  rend dans la cuisine et sors deux assiettes, je met le riz et la viande dans la sienne et puis me sers pour m'asseoir à table et commencer à manger en silence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age IRL : 23
Messages : 38

Informations
Ton scientifique / cobaye: De.quoi.tu.parles ? ._.
Ton humanoïde / employeur: Pas les moyens.
Ton amoureu(se)x: Ma main.
Je ne cherche pas de travail / Humain
Voir le profil de l'utilisateur




Levi Akatsuki
Je ne cherche pas de travail / Humain
Jeu 15 Sep - 20:42

RETOUR VERS LE PASSÉ.
J'affiche un léger sourire satisfait quand je le vois gêné après mon baiser à l'autre. En fait, si je le nomme pas c'est parce que je n'ai aucun souvenir de son prénom, pas important. Dans mon téléphone je crois que j'ai mis "Pas trop moche". Je me décolle de la porte et m'approche un peu de lui quand il parle de "petit ami". Comme si j'avais que ça à foutre de m'occuper de quelqu'un, j'ai bien assez à faire avec moi. Je tire une latte avant de lui répondre mais...

C’était pas...

Il ne me laisse pas le temps d'en placer et me pique ma clope du bec.

T'es sérieux putain ?

Mes yeux se tournent vers le plafond en même temps qu'il m'explique pour les détecteurs de fumée. Quelle plaie ! Je ronchonne quelques secondes et jette un œil au balcon, ça fera l'affaire, et au moins je l'aurais pas dans les pattes à ces moments là ; j'pourrais vraiment me relaxer. Je dois aussi avouer que je me passerais bien de la teinte jaunâtre de mon ancien appartement dues à la cigarette. J'aime quand tout parait propre et neuf et ça avait le don de m'angoisser un peu. J'arrête donc de grogner, plutôt d'accord, pour une fois.

Je le suis nonchalamment et en silence je regarde la disposition des pièces. Y'a pas à dire, tout semble neuf, bien agencé, c'est juste dommage qu'il y ait ce truc au milieu, pensais-je en regardant Eren encore une fois de manière totalement blasée. Je me penche pour prendre la caisse de mon chat qui n'arrête pas de miauler, je le sors et le porte, il essaie de se débattre mais c'est moi le chef ici, non mais.

J'entre dans la chambre, mon colloc' a pensé à tout et à même préparer mon lit, quelle délicate attention 'hem... Il a toujours été comme ça, à se préoccuper des autres, à tout bien faire, ça m'énerve. Tu peux pas avoir des défauts, connard ? Enfin, je veux dire, à part sortir avec les nanas sur qui tes potes ont un kiffe. Je caresse ma boule de poils noir nerveusement et soupire.

Le seul capharnaüm ici, c'est ta coupe de cheveux.

J'ai envie de rire à ma propre vanne mais je me retiens, j'ai pas envie d'avoir l'air niais. Enfin, il me laisse seul et ferme la porte ; bon point, au moins il est pas intrusif. Je m'assois sur le lit et laisse le chat tranquille. Il vient se frotter à mes cuisses et cela m'apaise, j'ai vraiment l'impression que cette bestiole me comprend. "Meoow", je pense qu'il a faim, d'ailleurs, à entendre mon ventre, moi aussi. J'espère que ça sera bon, son truc. Je sors de la chambre et fouille mes affaires pour trouver les croquettes et la gamelle. Accroupi, je l'appelle, là, j'ai sûrement l'air débile, mais tout le monde semble l'être face à leurs animaux de compagnie, non ?

Ren, viens par la minou, tiens ta gamelle mon bébé d'amour.

Je jette un regard à Eren se voulant menaçant pour qu'il ne fasse aucune remarque désobligeante. Je souris en voyant le chaton se ruer sur la bouffe et me relève. J'observe un moment Eren manger seul, qu'est-ce qu'il fout seul dans un si grand appart' d'ailleurs ? Ça me ferait presque pitié... J'imagine qu'il n'a personne dans sa vie au moins, sur cette partie là, il a autant foiré que moi, au final. Bon, je me fais violence, il s'est donné du mal pour le repas et je vais m’asseoir en face de lui. Toujours aussi de mauvaise fois, je lui précise :

Juste, je mange là parce que je déteste retrouver de la nourriture dans mon lit.

Je prends une bouchée de son plat, ça n'est pas trop mal, mais cela dit, j'aurais pu faire mieux. Je pense que je ferais à manger les prochaines fois, et en plus, il travaille donc ça l'arrangera. Oh, merde, d'où je m'inquiète de ce merdeux ? Je soupire et répond à la question de tout à l'heure, parce que j'aime pas spécialement les malentendus.

C'était pas mon petit ami. Tu le reverras probablement que demain soir car il faut que je le "paie" pour le service rendu, si tu vois ce que je veux dire.

Je baisse les yeux, il m'a connu enfant, et lui avouer ce genre de truc, c'est quand même assez glauque. Bref, fallait bien qu'il soit au courant sinon il se serait posé des questions, autant jouer carte sur table : j'suis devenu une grosse merde.


Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Ven 16 Sep - 18:39

C'est juste une fois la porte fermée que j'ai passé ma main sur mes cheveux. Ma coupe est-elle réellement aussi moche que ça ? Pourtant depuis que je suis gamin j'ai la même, enfin maintenant mes cheveux sont un peu plus long. Je soupire en repensant à sa remarque désagréable, ma coiffure me convient très bien à moi. Je fais de grand pas et arrive à la cuisine. J'ai préparé les assiettes et je mange seul. Quelques petites minutes après Levi apparaît, je continue à manger silencieusement jusqu'à entendre une moitié de mon nom sortir de la bouche de Levi.

« Quoi ? ... »


Je remarque un chat. Bon sang heureusement que je ne déteste pas ces bestioles. Je regarde le chat noir manger et en levant un peu mon regard je vois les éclairs sortir des yeux de mon colocataire pour me pulvériser. Un soupir s'échappe de mes lèvres et je retourne manger mon riz ainsi que ma viande. La pièce silencieuse, j'entends ensuite un bruit de chaise et regarde en face de moi. Je suis étonné de voir que Levi a posé ses fesses en face de moi pour manger. Un fin sourire apparaît sur mes lèvres avant  que j'apprenne qu'il ne mange ici que parce qu'il ne veut pas de miettes dans son lit. Ok... Je secoue la tête une fois de haut en bas pour acquiescer et je retourne à ma nourriture sas dire un mot. Je sais que je le fais chier, du coup je préfère faire profil bas. Pourtant c'est lui qui va ''ouvrir'' une discussion qui risque de devenir assez intense si elle n'est pas bien contrôlé. Je vois... Je fronce les sourcils et serre les poings, me rendant dans ma chambre où je vais prendre cinquante euros dans celui-ci, je me dirige d'un pas énervé dans la cuisine et claque le billet sur la table, ce qui effraie le chat qui s'enfuit je ne sais où.

« Mon appartement n'est pas un baisodrome Levi. Depuis quand tu te prostitues ?! Oh et puis non ça ne me regarde pas, mais la seule personne que tu peux inviter ici n'est que ton petit ami, je te rappel que tu es chez moi ! Les papiers sont à mon nom ! »

J'insiste bien sur le chez moi. Je suis un mec sympa, ici il est nourrit, logé et blanchit. Il ne paye que 15% du loyer et encore. En plus je me farcie son caractère de merde alors j'estime avoir le droit à un peu de reconnaissance. Mon dieu, en quelques minutes il a réussi à me faire devenir agressif... Je lui avance le billet toujours sur la table et me recule avant de secouer la tête. Il faut que je me calme. Je retourne devant mon assiette et baisse la tête vers le riz.

« Je ne veux plus parler du passé et des erreurs commise... Seulement j'ai l'impression que tu n'as pas encore tourné la page. Levi c'est une deuxième chance que nous offrent nos mères et surtout pour toi. Sans cet appartement tu as quoi ? Qu'est-ce qu'il te reste ? »

Je continue de manger lentement tout en le regardant. Il va sans doute se mettre en colère, mais peut-être que derrière tout ça il cache une profonde tristesse ? Laisse moi t'aider Levi, redevenons comme avant. Les meilleurs amis du monde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age IRL : 23
Messages : 38

Informations
Ton scientifique / cobaye: De.quoi.tu.parles ? ._.
Ton humanoïde / employeur: Pas les moyens.
Ton amoureu(se)x: Ma main.
Je ne cherche pas de travail / Humain
Voir le profil de l'utilisateur




Levi Akatsuki
Je ne cherche pas de travail / Humain
Ven 16 Sep - 22:01

RETOUR VERS LE PASSÉ.
Je prends une bouchée supplémentaire dans le silence, j'évite de le regarder en attendant sa réponse. Je préférerais qu'il se taise en fait. J'entends sa chaise grincer et relève la tête, où est-ce qu'il va d'un pas si décidé ? Il est énervé ? A voir son geste, limite à me jeter le billet à la figure, je suppose que oui. J'ai pas besoin de son argent, je me débrouille comme je peux, de quoi il se mêle ? D'un revers de main, je renvoie le billet de son côté, dégoûté.

Les paroles qui suivent ne me calment pas bien au contraire. "baisodrome", "prostitues"... Ses mots raisonnent en moi et me serrent le bide. Je vais le tuer. "chez moi", il a conscience que je n'ai aucune envie d'être ici, aucune envie d'être un poids supplémentaire pour lui ? Je tape mes poings sur la table et serre les dents. Tais-toi, tais-toi, ça suffit... Pour couronner le tout, il ré-avance le billet sous mon nez et aborde le sujet qui fâche : "les erreurs du passé". Il a bien grandi, le petit Eren, il dépasserait presque le maître que je peux être quand il s'agit de blesser quelqu'un. Tout ce qu'il vient de me balancer à la gueule... C'est trop ! J'ai mal, il a réussi à me toucher, ce bâtard. Je me lève, énervé, ne pouvant pas plus me contenir.

Bien sur que je n'ai pas tourné la page ! Pas une seule fois tu n'as présenté d'excuses, ni même essayé de me joindre. Alors ferme la, n'ose même pas parler de seconde chance pour moi. C'est juste un cauchemar.

Hésitant, je m'efforce à dire ce que j'ai sur le cœur, même si je m'étais jurer de ne jamais rien dire de tout ça. Le revoir, entendre tout ça sortir de sa bouche comme s'il se sentait supérieur ou lavé de tout ce qu'il a pu faire dans le passé, m'oblige à m'imposer, en quelque sorte. Oui, il a réussi sa vie, lui ; oui, il fait le bon samaritain à m’accueillir ici, mais moi...moi...

Je ne t'ai jamais rien fait même si j'ai toujours eu ce caractère de merde, je t'ai toujours été fidèle et loyal. Jamais je t'aurais laissé. Aaaah putain !

Je regarde le plafond et souffle, essayant de me calmer mais je n'y arrive pas, je m'éloigne par peur de m'emporter et de lever la main sur lui et continue.

Si il ne me reste plus rien sans "cet appart", comme tu dis, au fond, c'est un peu ta faute. Il m'est arrivé des trucs et putain j'avais besoin de toi et t'étais pas là. Tu sais quoi ?! Je préfère encore aller dans la rue, ou chez ce mec en le payant en nature, plutôt que de rester ici à recevoir ton argent et tes remarques blessantes.

Blessé, je pars m'enfermer dans ma chambre, je ne peux pas prendre de décision hâtive, mais pour l'instant je songe vraiment à me casser d'ici. Je savais d'emblée que c'était une mauvaise idée, alors pourquoi je suis là ? Je me laisse tomber sur le lit, les bras écartés et le regard rivé au plafond. Je suis là parce que j'avais envie de le revoir, j'avais autant envie que lui que ça se passe bien, mais c'est plus fort que moi. Je lui en veux tellement, et je ne m'attendais pas à ce qu'il me pique au vif dès le premier soir. Je le déteste.

JE TE DÉTESTE !


Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Sam 17 Sep - 8:58

Bien sûr que j'ai vu ses sourcils se froncer, oui je sais il est énervé. Le problème est que si je ne lui en parle pas rien ne s'arrangera. Il faut que je le fasse, il faut qu'on en parle, ça ne peut que nous faire du bien. Je l'écoute parler sans répliquer, sans dire un mot, mais je ne l'ignore pas, je suis attentif et ça se voit. Je prête attention au moindre de ses gestes, après tout ça fait aussi partie de mon métier d'analyser les gens. Je me pince les lèvres alors qu'il se livre à moi. Au final est-ce qu'il souffre parce que je suis sortie avec une fille qu'il aimait ou est-ce qu'il souffre parce que je me suis éloigné de lui. Je tente de lui demander, mais les mots ne veulent pas sortir et dès lors ou je peux sortir un son je suis coupé par Levi. Ma faute. Est-ce que je suis responsable de son chômage ? Je me mord la lèvre inférieure et baisse la tête alors qu'il me parle de faire la prostitué pour dormir chez cet homme. Je ressens une étrange douleur dans ma poitrine. Je ne veux pas qu'il parte, je ne veux pas qu'il voit cet homme qui ne fait que jouer avec lui...

Je tente de le retenir, mais je n'ai aucun argument. Alors qu'il part dans sa chambre je pose ma main sur tout mon visage et mon autre main sur la table. J'entends ensuite sa voix résonner dans mes oreilles pour me dire qu'il me déteste et bien qu'il ne le dit qu'une fois ça résonne comme un échos dans mes tympans. Je me pince les lèvres et commence à trembler, puis j'entends un miaulement et sens un frottement sur ma jambe droite. Je lève la tête avant de la baisser vers l'animal. Le chat est sûrement en train de marquer son territoire. Je me baisse pour le prendre dans mes bras et le caresser. Il ronronne deux minutes et attrape mon bras avec ses griffes pour me mordre. Je soupir de douleur et lâche le chat qui s'enfuit. Il a un caractère de chat, mais il a surtout le caractère de son maître. Je regarde mon bras qui a des égratignures ainsi que des morsures et saigne doucement. Ça brûle, mais c'est rien. Je vais tout de même dans la salle de bains pour désinfecter ça, des griffes de chat son pleins de microbes on va éviter l'infection. Une fois fini je sors de la salle de bains et voit le chat assis à la porte de Levi. Je m'approche de celle-ci et le chat me feule alors que je toque à la porte du brun.

« Levi ? »

Je regarde le chat gratter à la porte et miauler. Il a une grosse envie de voir son maître je crois et quant à moi je dois lui parler. J'attrape la poignet  et hésite à ouvrir cette porte. Je me signale à Levi et j'ouvre la porte. Le chat me passe devant et court sur son maître, j'ai l'impression qu'il veut le réconforter. Un léger sourire s'affiche sur mes lèvres en voyant cette scène. La porte est ouverte mais je reste toujours sur le pas de la porte.

« Levi, pardonne-moi... Pardonne moi pour tout s'il te plaît. Pour la fille je n'ai aucune excuse, tu sais je suis un homme qui en demande dans le pantalon. » Je me gratte la tempe et détourne le regard.
« J'étais ado et  je n'avais qu'une envie c'était de faire des choses salaces, elle m'a menacé de me quitter si je ne restais pas plus avec elle et moi... Et moi je n'avais pas vu qu'elle nous séparait. Je l'ai vu trop tard. »

Mon regard se brouille et je m'approche de lui avant de me tenir devant lui toujours debout. Je crois que j'ai envie de pleurer, ma voix se serre.

« Levi... »
Je tente d'approcher ma main du chat qui feule de nouveau.

« Hmm je vois, tu ne m'aime pas. Tu sens que je suis quelqu'un de mauvais pour ton maître. »


Ou de mauvais tout cours... Je soupire et me tourne vers la porte. Je m'approche de celle-ci et m'apprête à sortir, mais avant :

« Je veux que tu restes. Ici c'est chez toi. Comme on est en colocation il y a des petites règles et c'est de même de mon côté. Tu ne ramènes personne à la maison et je ne ramènerai personne non plus. S'il te plait reste. Ne te sacrifie pas encore... »

Je ferme la porte et je vais dans le salon. Par sacrifier je voulais dire ce vendre. Peut-être qu'au début il aimera baiser avec cet homme, mais à un moment ou un autre il se lassera et il n'aura pas d'autres échappatoires. Je m'allonge sur le canapé et regarde le plafond. Je n'ai jamais remarqué que cet appartement était si silencieux. Une larme coule le long de ma joue, et je me tourne pour enfouir ma tristesse dans l'oreiller.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age IRL : 23
Messages : 38

Informations
Ton scientifique / cobaye: De.quoi.tu.parles ? ._.
Ton humanoïde / employeur: Pas les moyens.
Ton amoureu(se)x: Ma main.
Je ne cherche pas de travail / Humain
Voir le profil de l'utilisateur




Levi Akatsuki
Je ne cherche pas de travail / Humain
Sam 17 Sep - 13:39

RETOUR VERS LE PASSÉ.
"JE TE DÉTESTE", j'ai crié ça trop spontanément, d'autant plus que c'est faux. Moi, quand je peux vraiment pas voir quelqu'un, je ne me prends pas la tête, je l'ignore, l'oublie et trace mon chemin. Là, ça n'est pas le cas, après toutes ces années, ce mioche restait dans un coin de ma tête, avec un goût amer, certes, mais il y avait une place énorme. J'aurais pu dire "dans mon cœur", mais je ne veux pas, je m'en empêche, même de manière amicale. J'ai peur de m'attacher à un point qui me détruirait, j'ai peur qu'il m'abandonne à nouveau alors je préfère le rejetter en premier. Malheureusement, je pensais aimer la solitude, mais en fait je n'en peux plus, mes idées sont de plus en plus sombres, je n'arrive toujours pas à dormir la nuit... Heureusement que Ren était là tout ce temps, ce chat m'a sauvé la vie...

Pile au moment où je pense à lui, j'entends gratter à la porte, cet animal doit lire dans les pensées, ou avoir un sixième sens sur-développé. Quand j'entends s'ouvrir la porte, je comprends vite que quelqu'un d'autre l'accompagne. PAS ENVIE. Ren vient sur moi, me regarde avec sa petite tête trop mignonne et devient tout autre à l'approche d'Eren. C'est bien mon chat. Je le regarde d'un air toujours aussi haineux et le laisse parler, laissant ma main gratouiller le matou pour qu'il se calme.

Quand il présente enfin ses excuses, j'avale difficilement ma salive et mon cœur se serre : depuis le temps que j'attendais ces mots... Bien sur qu'il n'était qu'un ado avec les hormones en feu, faut dire qu'à ce niveau je n'étais pas mieux. Cela dit, l'entendre de sa bouche semble assez comique, je ne l'avais jamais vu sous cet angle, celui d'un garçon tout à fait banale avec des envies de sexe.

Lubrique au point de me laisser hein ? Vilain garçon... Fis-je d'un air détaché, histoire de le gêner.

Savoir qu'il s'est laissé manipuler par cette nana, jalouse au point de séparer deux amis, me déçoit de sa part, je pensais notre amitié plus forte que ça et lui moins influençable. D'un autre côté, apprendre que ça ne venait pas vraiment de lui me rassure. Quand il se rapproche, je remarque ses yeux plein de larmes, et ouais, ça fait mal de se rendre compte de ses erreurs devant la personne qu'on a blessé... Cela dit, je dois bien avouer que je n'aime pas le voir ainsi, je préférais son sourire de tout à l'heure, quand je suis arrivé. Je m'en veux même de préférer ça, je devrais être content qu'enfin il goûte un minimum à ce que j'ai enduré toutes ces années, mais c'est comme ça...

Avant de sortir, il me dit de rester, je me redresse et m'assois sur le lit. Il ne veut pas que je ramène des gens ici, bon, je pourrais toujours aller chez eux... Est-ce qu'il s'inquiète juste du côté "prostitution" ou est-il jaloux ? Bordel, à quoi je pense là ?! Je roule des yeux...

Que faire alors ? Ma tension diminue, je profite un peu de mon chat. Il s'est excusé, c'est ce que j'attendais et il ne peut pas mieux faire, au final. Donc, je pense que je peux essayer de rester ici encore un peu. Je sors de la chambre et constate le désordre dû aux cartons encore éparpillés. Ah, ça m'angoisse, il faut que je range tout ça. Je prends le carton des livres et me rend dans le salon où j'aperçois Eren dans le canapé, vraisemblablement en train de pleurer. Je racle ma gorge pour qu'il me voit rentrer et me rend près de sa bibliothèque pour y mettre mes bouquins là où il reste de la place. Je pense qu'il comprendra que je reste, du coup.

Je m'approche de lui, m'accroupit et lui tend un mouchoir que j'avais dans la poche.

Ça va me prendre du temps pour avaler tout ça, mais je vais essayer. Alors...heu...pleure pas, ok ?

J'ai jamais vraiment su consoler les gens alors je me relève après ça et me rend sur le balcon pour fumer car j'en ai besoin plus que jamais, là.

J'vais fumer une clope, DEHORS, cette fois. Je suppose que tu fumes pas mais si t'en veux une, demande.

Je sors alors et m'assois sur une des chaise, je tire une latte, ooooh que c'est bon, enfin je suis à peu près calmé, les retrouvailles auraient pu être bien pires que ça.


Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Sam 17 Sep - 20:02

Les larmes coule sans que je ne sache réellement pourquoi j'ai aussi mal. Pourtant la blessure remonte à neuf ans, il ne devrait rester plus qu'une cicatrice. Il faut croire que la cicatrice c'est rouverte. En entendant un raclement de gorge je ne lève pas la tête, je reste la tête dans le coussin sans faire aucun bruit comme si je dormais. Je serre le coussin et prie pour qu'il ne me voit pas comme ça. Qu'elle réflexion va-t-il me faire s'il s'aperçoit que je pleure... Pour lui ? J'entends les pas de Levi s'approcher du canapé, ils se font de plus en plus fort et s'arrête. Je ne bouge pas jusqu'au moment où il parle. Il sait que je pleure... Je lève la tête et prend le mouchoir pour m'essuyer les yeux avant d'hocher la tête. J'ai l'impression que ça c'est calmé. Je le regarde sortir et souris.

Oh ça me fait penser que je n'ai pas débarrassé ! Je me lève et garde ce mouchoir dans ma poche. Il signifie beaucoup pour moi, le début d'une nouvelle histoire. Oui je sais ce n'est qu'un vulgaire papier de coton, mais ça prouve que Levi a encore un bon cœur. Un fois dans la cuisine je commence à débarrasser, Levi n'a même pas finit son assiette... Je soupire et jette le reste à la poubelle avant de mettre la vaisselle dans le lave-vaisselle. Je prends une lavette pour nettoyer la table et une fois celle-ci propre je prend l'arme ultime du maniaque : le petit aspirateur sans fil. Bien qu'il ne soit pas pour les grandes surfaces, il est pratique pour ramasser les quelques miettes. Il faudrait vraiment que je pense à m'acheter un petit robot aspirateur, paraît-il qu'ils deviennent plus performant. Je soupire et regarde vers l'extérieur avant de rejoindre Levi sur le balcon en passant par la porte de la cuisine. Le bel homme est en train de fumer sa cigarette alors je ne m'approche pas trop. Il a sûrement besoin de liberté, mais je ne peux pas m'en empêcher, ça fait tellement longtemps que je n'ai pas vu mon meilleur ami.

« Depuis quand tu fumes ? »


Je n'ai pas souvenir de l'avoir vu fumer quand il était plus jeune. Il le faisait peut-être en cachette ? Je m'avance vers la rambarde et pose mes bras sur celle-ci pour regarder au loin des enfants jouer. C'est tellement calme. Mon téléphone bip et je regarde celui-ci. C'est maman, pourquoi ne m'a telle pas appelé ? Je répond à son texto et l'envoi.

« Il semblerait que nos mères veulent passer du  temps avec nous, elles voulaient venir ce soir, mais je leur ai dit que tu étais fatigué et qu'il serait préférable qu'elles viennent dimanche... »

C'est surtout qu'elles ne peuvent pas nous voir dans cet état. Elles seraient peinées de voir que leur fils anciennement meilleur ami sont devenue ennemis ou inconnus. Je sais très bien qu'elles ont pensé à moi pour qu'on puisse se réconcilier, ce n'est pas un hasard si ma mère m'a demandé d’héberger Levi. Je pose mon téléphone sur la petite table extérieure et m'adosse au mur.

« Demain je travaille tôt. Je commence à six heures et je rentre à dix-neuf heures. Je te préparerai de quoi te faire un petit déjeuner et normalement tu as ce qu'il faut dans le frigo pour la journée. Tu es chez toi maintenant alors n'hésite pas à faire ce que tu veux... même... si je pense que tu ne te gênera pas pour ça. »

Je pouffe de rire et mets mon poing devant ma bouche. C'est fou, on a tant de chose à ce dire, mais on est tellement silencieux.

"C'est quand la dernière fois que tu as vu ta mère ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age IRL : 23
Messages : 38

Informations
Ton scientifique / cobaye: De.quoi.tu.parles ? ._.
Ton humanoïde / employeur: Pas les moyens.
Ton amoureu(se)x: Ma main.
Je ne cherche pas de travail / Humain
Voir le profil de l'utilisateur




Levi Akatsuki
Je ne cherche pas de travail / Humain
Sam 17 Sep - 23:00

RETOUR VERS LE PASSÉ.
Je me décale de façon à voir l'intérieur de la maison, discrètement. J'aperçois mon ancien ami ramasser la table et mettre du cœur à l'ouvrage : au moins, on sera en phase sur le ménage. Trèèès, très bon point pour lui. Et du coup, je n'ai pas à m’inquiéter d'éventuels puces de lits ou autres acariens, j'avais prévu divers produits au cas où mais je pense qu'il fait attention à ce genre de chose. Je tire une autre latte et pose mes pieds croisés sur la table, avec un nouvel espoir que cette collocation se passe bien. Sans m'en rendre vraiment compte, je ne lâche pas Eren du regard, le moindre de ses gestes m'attendrit et un sourire se dessine sur mes lèvres.

Quand celui-ci s'approche, j'arrête de rêvasser et ferme à nouveau mon visage, hors de question d'afficher la moindre faiblesse. Oui, sourire pour un rien en est une, à mes yeux. J'hausse les épaules à sa question et lui répond vaguement.

A peu près depuis que j'ai quitté l'école...

Je le suis des yeux quand il s'appuie à la rembarre du balcon et ne peux m'empêcher de reluquer son arrière train, assez mignon je dois bien l'avouer. C'est étrange, maintenant que j'ai grandi, que j'ai découvert mes penchants bisexuels, je le vois sous un autre angle. Boaf, c'est normal, j'ai des yeux pour mater, je ne fais rien de mal et ça ne veut rien dire : c'est simplement d'un point de vue esthétique. Eren n'était qu'un ami, maintenant mon colocataire et ça se limite à ça, point. Perdu dans ces étranges pensées, je n'ai pas réagi tout de suite aux mots d'Eren. Nos mères veulent nous rendre visite ? La bonne blague... Je tire une énorme latte de ma clope et souffle longuement la fumée. Mon regard s'est à nouveau assombri. La suite de sa tirade sur ses heures de travail rentre par une oreille et ressort par l'autre, trop obnubilé par la demande de rencontre de nos mères. Je le vois rire mais je reste bloqué :

Y'a pas moyen Eren, je ne reverrais pas ma mère. Annule, s'il te plait.

Je descends mes pieds de la table, écrase ma clope et observe ma main, tremblante. L'énervement, l'émotion, cette incontrôlable haine en moi...J'espère qu'il va comprendre que ça n'est pas un caprice et que c'est important pour moi, qu'il ne m'oblige pas à la revoir...

S'il te plait... J'l'ai pas vu depuis mes 17 ans, ou alors en la croisant par hasard en ville.

Je me lève, me dirige vers le frigidaire, avale difficile ma salive, et lance d'une manière agacée et triste à la fois :

Dis moi que t'as un truc alcoolisé ?!

S'il me répond non, je descendrais dans un bar, mais quitte à être ici, j'aurais bien bu deux-trois verres avec lui. Non seulement j'en ai besoin, mais ça pourrait nous dérider un peu. J'en ai marre de cette atmosphère lourde aujourd'hui, j'ai envie de légèreté.

Arrêtons les discussions sérieuses pour aujourd'hui, j'ai envie qu'on se change un peu les idées.


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
[pv Levi] Retour vers le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Retour vers son coeur.
» Le retour vers le bercail.
» Retour vers le passé !!
» [WHAT IF] Retour vers le futur ! Ah non le passé... [GINA]
» Lapangel. Le lapin pas crétin [ Fini, à valider)

Relife Rpg :: Préfecture de Kyoto :: Logements :: Appartement Kaizaki / Akatsuki-
Sauter vers: