PREDEFINIS
ANNONCES
11/04 ▬ Le contexte ainsi que le design du forum sont en cours de modifications. Nous faisons de notre mieux pour le rendre plus captivant et plus amusant ! N'hésitez pas même si vous êtes invités à nous donner des conseils dans la partie "invité". Merci !

28/01 ▬ Le forum est maintenant interdit aux moins de 18 ans. Un nouveau thème "mature" va être installé jeudi.
01/01 ▬ Vous pouvez proposer un lien aux invités / Les invités peuvent désormer avoir un lien avant leur inscription.
27/12 ▬ Vitaliy cherche des partenaires RPs
23/12 ▬ Les partenariats sont en cours d'ouverture
26/11 ▬ Nouveau thème mis en place ♥
NOS POTOS
Les design de ce forum à été fait par nectarinne avec l'aide de never-utopia et cccrush, merci de respecter son travail et de ne rien copier !
Chapitre I
HIVER • 2°C
Contexte
La fainéantise, c'est un défaut qui dort en chaque humain. Depuis que les robots ont été inventés et vendus à prix raisonnables, les humains se servent d'eux pour ramener de l'argent au foyer à leur place. Malheureusement, il ne s'agit plus seulement de cela : les sorties, les achats, les rencontres tout, a été touché par cette vague d'usage robotique. De ce fait la crise est présente au Japon, elle est à la fois économique mais aussi amoureuse. Les couples deviennent rares, tout comme les enfants. Pour cette raison, le gouvernement devait agir et il a fait appel à nous. Nous sommes le laboratoire Relife, secret aux yeux du monde, personne ne nous connaît. Nous avons inventé deux pilules pour faire vieillir ou rajeunir la personne et ainsi la réhabilité au monde du travail. Un vieux retournera au lycée et un jeune ira travailler. Leur monde sera inversé, ainsi ils pourront se sociabiliser de nouveau. Qu'est-ce qui poussera ses gens à participer ? L'argent. Ils seront payés autant que leurs humanoïdes leur rapportent et surtout, ils pourront faire des achats aux frais du laboratoire pendant la durée du programme : soit un an !
Partenaires

Staff
Eren
fondateur
ProfilMP
Kyoya
Codeur
ProfilMP
Levi
Administrateur
ProfilMP
Toi ?
Rang
ProfilMP
Toi ?
Rang
ProfilMP
Toi ?
Rang
ProfilMP

 :: Préfecture de Kyoto :: Logements :: Appartement Kaizaki / Akatsuki Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[pv Levi] Retour vers le passé
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant





Invité
Invité
Dim 25 Sep - 18:48

Une mère c'est quoi ? Notre mère est notre réel dieu, une amie, une protectrice. Elle est tout un monde pour une unique personne. Une maman donnerait sa vie pour son enfant, pour sa création. Sans elle ont peut dire que notre existence serait... inexistante ? La douleur d'une mère haït par son sang, sa chair, ça doit être horrible. Je me tourne vers mon ami pour aller m'asseoir sur le siège en face de lui. Mes coudes sur mes genoux je me penche légèrement en avant tout en poussant un soupir et en prenant mon téléphone en main. J'envoie le texto à ma mère pour lui dire que ce week-end ça ne va finalement pas être possible et que les week-end suivants je travaille. Une chose est sûre un jour il reverra sa mère et qu'il le veuille ou non, mais avant de le persuader je dois de nouveau réussir à me faire une place dans son cœur.

« Pourquoi tu ne veux pas la voir ? »


C'est vrai qu'il n'a pas l'air bien, mais sa mère, c'est grâce à elle que j'ai pu rencontrer Levi. Un jour il le comprendra. Je regarde mon téléphone après avoir entendu la sonnerie. Évidemment, ma mère voulait tellement me revoir. Je soupire. J'aime pas lui mentir et surtout  moi aussi j'avais envie de la voir. Elle est la seule femme que ''j'aime''. Je relève la tête et remarque la soudaine disparition de Levi, mais sa voix me révèle sa position et je tourne instantanément la tête vers lui.

« Ah de l'alcool hein ? Je...J'ai un peu de vin dans la cave... Je sais pas si t'aime, mais en tout cas c'est du bon ! Je crois... »

Effectivement je ne bois pas d'alcool, donc j'ai toujours une petite bouteille pour les moments où j'ai des invités. Seulement chez moi les invités se font rares. Du coup je le laisse à la cave pour que le vin reste frais et bon. D'ailleurs j'avoue détester descendre à la cave, mais ça c'est parce que je regarde trop de films d'horreur. Je me lève et pose mon téléphone sur la table avant de prendre les clés de celle-ci et de prendre les clés de la maison.

« Tu descends avec moi ? Je vais te montrer où est la cave au cas où tu en aurais besoin plus tard. »

Je sors et claque la porte avant de fermer celle-ci à clé. L’ascenseur est déjà là quand je l'appelle et j'entre directement dedans. Il est plutôt étroit et c'est assez gênant d'y monter avec quelqu'un. J'entre et appuie sur le bouton moins trois avant de  me regarder dans le miroir les joues rouges et de jouer avec une de mes mèches de cheveux.

« Je ne descend que rarement à la cave du coup ne prend pas peur de son état... En faite ne prend pas peur tout cours. »

à chaque fois que j'y descend de réel frissons envahissent mon corps et je deviens paranoïaque. Cette fois je me dis que je ne suis pas seul... Mais même s'il y aurait un tueur Levi ne me protégerait pas. Du moins, pas aujourd'hui. Quand j'entends le ting de l’ascenseur je prend une grande inspiration et sors l'atmosphère est déjà lugubre. La lumière clignote et en plus il fait super froid. Pourquoi faut-il qu'elle soit toujours cassé quand je viens ?

« Il faut prendre le chemin à gauche puis à droite et encore à droite c'est la numéro 69. Je te laisse y aller je vais chercher le courrier ! »

où comment se défiler... Je lui prend sa main et pose les clés dans celle-ci attendant d'avoir son approbation pour voir s'il a bien comprit le plan ou non.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age IRL : 23
Messages : 38

Informations
Ton scientifique / cobaye: De.quoi.tu.parles ? ._.
Ton humanoïde / employeur: Pas les moyens.
Ton amoureu(se)x: Ma main.
Je ne cherche pas de travail / Humain
Voir le profil de l'utilisateur




Levi Akatsuki
Je ne cherche pas de travail / Humain
Lun 26 Sep - 4:09

RETOUR VERS LE PASSÉ.
"Pourquoi tu..." Heureusement, je m'étais déjà échappé jusqu'au frigo et n'avais pas eu le temps d'entendre sa question ; même si je savais pertinemment qu'il voulait en savoir plus. Mais là, ce qui m’intéressait pour le moment, c'était le Saint Graal : L'ALCOOL, ce breuvage magique qui me permet de moins penser.

Je préfère la bière en général, mais du bon vin, ça s'refuse pas.

Quand il me demande de descendre avec lui pour me montrer la cave, je hoche la tête en guise d'approbation. J'en aurais certainement besoin pour mettre quelques bouteilles et déjà je m'imagine aller en boire en cachette là bas. Pour le moment, Eren doit penser que je veux juste me changer les idées, ou finalement fêter mon arrivée ici -arf- ; et honnêtement je n'ai aucune envie qu'il sache que je suis un peu tomber là dedans...

Une fois dans l’ascenseur, j'appuie mon dos contre l'un des côtés et m'amuse à fixer Eren qui semble gêné de la situation. J'ai jamais eu ce problème : quand il m'est arrivé de me retrouver coincé dans un ascenseur avec quelqu'un, j'ai toujours eu l'impression d'être celui qui intimidait les gens, et je m'en amusais. Alors je me redresse et me rapproche un peu de lui, l'air de rien. Je cache un sourire en coin à la vue de sa tête qui rougit.

Peur ? Peur de quoi ?

Je lève un sourcil et soupire. J'ai remarqué ses frissons et il n'a pas l'air à l'aise. Depuis quand il a peur du noir ? Ou alors j'ai oublié... On dirait un gosse sérieux. N'importe quoi.

Tu sais, c'est qu'une cave, y'a pas de psychopathe prêt à te tuer là bas. Porte tes couilles un peu !

Ouais bah... C'est ma façon bien à moi de rassurer les gens, les secouer, et parfois ça marche. Bon ok, pas souvent, mais j'ai pas envie qu'il reste là, aussi froussard et à son âge en plus... Ah non ! Il ne va pas se défiler, hooors de question. Je lui attrape le poignet et le tire en dehors de l'ascenseur.

Non, j'ai pas bien compris non, tu vas venir avec moi.

J'attends que l'ascenseur remonte avant de le lâcher. Je m'approche de lui, limite à le frôler, et prend ses joues entre mes doigts en le fixant de mon regard habituellement hautain, quoiqu'un peu plus tordu peut-être.

Le seul danger ici, c'est moi.

J'effleure ses lèvres avec les miennes, sans arrière pensée -si j'vous l'dis !- juste pour l'effrayer et me moquer un peu de lui. En vérité, je veux juste qu'il se rende compte de l'absurdité de sa peur. Il faut qu'il la brave, et je vais l'aider. Je desserre mes doigts et regarde la lumière clignoter. Je peux pas dire le contraire, l'atmosphère ressemble à celle d'un mauvais film d'horreur.  Je lui tends ma main très spontanément pour qu'il la prenne.

Allez, je passe devant, tu crains rien, j'me ferais tuer en premier au pire, t'auras le temps de courir.

Lançais-je ironiquement ; c'est plus fort que moi, je ne peux pas être juste gentil, c'est ma carapace. Une fois main dans la main, je bloque un instant sur cette image là, trop de souvenir, et...autre chose, j'ai l'impression, une lointaine impression encore, d'être déjà moins seul rien qu'avec ce simple contact physique.

Guide moi.


Ces derniers mots sonnaient bien plus profond que leur sens premier. J'veux pas faire de la psychologie de comptoir sur ma propre personne ou quoi, mais ça ressemblait vraiment à un appel à l'aide, pour tout le reste, du genre "guide moi dans ma vie, aide moi à prendre un meilleur chemin". Putain, j'ai pas encore bu pourtant, il a peut-être raison, cette ambiance est chelou.


Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Mer 5 Oct - 17:26

De la bière hmm ? J'ai l'impression d'être resté un enfant contrairement à Levi, moi qui ne boit que des sodas, qui ne c'est jamais bourré au point d'oublier, qui ne fume pas. Dans l’ascenseur je sens le brun se coller à moi, le rouge monte rapidement aux joues. J'essaie de cacher mon intimidation en baissant la tête et en jouant avec une mèche de cheveux. Peur de quoi ? Je n'ai pas le temps de lui répondre que nous sommes déjà en bas et la porte s'ouvre. Pas besoin de lui donner de réponse il va découvrir par lui-même l'ambiance glauque qui flotte dans les couloirs. J'écoute quelques bribes de sa phrase suivante tout en gonflant les joues d'un léger agacement. Je sais qu'il n'y a pas de psychopathe, sinon je ne t'aurais jamais emmené ici baaaka ! D'ailleurs je vais le laisser se débrouiller et faire genre que j'ai du courrier. Il est assez grand pour y aller tout seul et lui il n'a pas l'air d'avoir peur donc qu'il y aille sans moi. Je lui explique le chemin et m'apprête à partir.

J'entre dans l'ascenseur mais sa main choppe mon poignet. Ah quelle tête de mule ! Je sais qu'il a très bien comprit, j'en suis sûre ! Enfin je crois... Mes yeux se pose sur sa main ainsi que ses longs doigts qui m'agrippe et les battements de mon cœur se font plus fort. L'adrénaline ? Je ne me souviens pas avoir eu autant peur à chaque fois que je devais entrer dans cette cave. La porte derrière-moi se referme et j'entends l'ascenseur remonter. La poisse ! La chaleur qui enveloppe mon poignet se dissipe après que Levi m'ait lâché et alors que je suis des yeux le mouvement de ses mains celle-ci viennent se poser sur mes joues  et Levi me regarde intensément. Quant à moi je l'écoute parler, assez timide. À l'époque j'aurais pu en rire, j'aurais pu le contre-attaquer, mais là... Je suis perdu. Petit à petit Levi se ré-ouvre à moi et je redécouvre mon meilleur ami. Ça me rend heureux, mais rapidement mon sourire s'efface sous ses lèvres. Qu'est-ce qu'il fait ? Et moi pourquoi je ne bouge pas ?! Sans avoir réellement senti ses lèvres sur les miennes, mes battements de mon cœur se sont affolés. J'ai peut-être espéré quelque chose ? Quoi ? Mais non ! À quoi je pense ?! Mais à quoi je pense ?! Je recule d'un pas en arrière et secoue la tête.

« Mais... » à quoi tu joues... C'est ce que j'ai voulu lui dire. Seulement il me tends à nouveau sa main et sans réfléchir je la prend avant de lui offrir un sourire aussi radieux que lorsqu'il est entré chez moi.

« Hmm ok, mais s'il y a réellement un psychopathe prend ton temps pour mourir, histoire qu j'ai le temps de m'enfuir. »


Je rigole à cet humour noir alors que ce n'est pas réellement drôle, j'essaie sûrement de me détendre, mais ça me crispe encore plus. J'arrête de rire bêtement et me gratte la tempe tandis que ma main serre un peu plus la sienne. « Je rigole, maintenant que je t'ai retrouvé je ne vais pas te laisser partir de si tôt. » Je lui souris et incline la tête alors que celui-ci me demande de le guider. J'hoche la tête et commence à avancer, mais je suis pas con je le pousse un peu pour qu'il passe en premier. Beh ouais... Je lâche sa main et pose les miennes sur ses épaules pour mieux le guider. POOF. Merde. Une lumière vient de griller et j'ai sursauté comme un con. Je reprends sa main et passe devant.

« Si je me souviens bien c'est tout droit puis à droite et à droite... Je crois.»

Je commence à avancer à tâtons, heureusement que le prochain couloir est illuminé. Ce lugubre couloir pourrait faire fuir un rat mort. Je frisonne mais continue d'avancer. Enfin je vois la lumière du prochain couloir.

« Tu te souviendras du chemin pour la prochaine fois, parce que je ne risque plus de redescendre dans cette cave avant une éternité. »


Enfin après un temps qui m'a semblé être une éternité j'arrive devant la porte qui porte le numéro 69. J'utilise ma clé pour pénétrer la serrure et ainsi ouvrir les loquets haut et bas fermé à double tours.

« Par contre c'est un peu poussiéreux... Ne m'en veux pas je ne passe que très peu de temps dans cet endroit. »

Effectivement une fois que j'ouvre la porte et allume la lumière on peut remarquer des toiles d'araignée digne des mygales. Ça fait froid dans le dos. La cave est entièrement vide, elle est plutôt petite et au fond on remarque la douzaine de bouteille. De toute façon le vin ce conserve éternellement donc de soucis à se faire sur la date de péremption. Je m'approche pour m'accroupir et sortir quelques bouteilles une à une avant de les remettre.

« Bon écoute Levi, je te laisse choisir un tu as de tout et des marques différentes. Ce n'est pas le meilleur vin qui puisse exister, malheureusement tu as sans doute remarqué que... Je ne suis pas très riche... » Je ris bêtement et me frotte l'arrière du crâne. Mon regard balaie la pièce en quête de bestiole qui pourrait me monter dessus. Dieu que je déteste cet endroit....
« Dépêche-toi de choisir qu'on remonte et... Je pense qu'on a pleins de choses à se raconter. »
Le temps à rattraper, des choses à savoir... Trop de choses à savoir. Qui l'a fait changé de bord ? Où a t'il vécu ? Pourquoi n'est-il plu en bonne entente avec sa mère ? Des questions qui exigent une réponse et peut-être une solution.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age IRL : 23
Messages : 38

Informations
Ton scientifique / cobaye: De.quoi.tu.parles ? ._.
Ton humanoïde / employeur: Pas les moyens.
Ton amoureu(se)x: Ma main.
Je ne cherche pas de travail / Humain
Voir le profil de l'utilisateur




Levi Akatsuki
Je ne cherche pas de travail / Humain
Dim 23 Oct - 23:45

RETOUR VERS LE PASSÉ.
« Je rigole, maintenant que je t'ai retrouvé je ne vais pas te laisser partir de si tôt. » Cette phrase résonne en moi, et me rappelle certaines promesses qu'on avait pu se faire quand on était môme, à l'époque où on nous disait inséparables. Au final, le destin fait qu'on s'est retrouvé, j'aurais jamais pu penser qu'on devrait même vivre ensemble. J'ai reçu peu d'amour dans ma vie, et rien que penser ce mot me dégoûte, d'une certaine manière. Mais l'entendre dire qu'il ne va pas m'abandonner, cette fois, entrouve une brèche, un minuscule espoir : peut-être que j'ai encore quelque chose qui bat, là d'dans.

J'ai comme l'impression qu'à cet instant précis, un déclic vient de se créer ; une nouvelle vie va commencer. Je m'étonne d'avoir des pensées positives tout à coup ; depuis le temps que je n'en avais pas eu, à voir toujours le verre à moitié vide... (et pourtant réellement trop plein, erf.) Il faut que je redescende sur terre, des claques, j'en ai eu et j'en aurais d'autres, et c'est pas ce morveux qui me blessera, il ne faut surtout pas que je le laisse m'amadouer de la sorte. J'enlève sa main de mon épaule, comme pour appuyer cette pensée.

Le truc, c'est que dans la foulée il reprend ma main, on y voit quedal là dedans... J'étouffe, vivement qu'on en finisse et que je picole...

Ouais, je m'en souviendrais. Et aussi, un 69 ça ne s'oublie pas, pas avec moi en tout cas.

Je ricanne, il a l'air tellement coincé que j'ai envie de le provoquer, quitte à passer pour un pervers, c'est plus fort que moi. Puis bon, je mettrais ma main à couper qu'il n'a pas saisi la référence, quel gosse !

Je mets un premier pieds dans la pièce, si on peut appeler ça comme ça, et serre les dents pour me contenir. Bordel, la crasse de cette salle, du jamais vu pour moi, le genre d'endroit que j'évite et dont je ne comprendrais jamais l'existence. La peur de descendre ici ne peut pas excuser ce massacre. J'en ai envie de vomir, sans exagérer, je ne supporte pas une table qui n'a pas été dépoussiérée durant 2 jours, alors là... Je lance un regard noir à Eren, accompagné d'une mou de dégoût mais ne dit rien à ce propos : je pense que mon visage parle pour moi et je risquerai de me montrer bien trop dur car j'ai bien conscience d'être maniaque maladif parfois.

Je sors donc un mouchoir en tissu de ma poche pour me recouvrir la main, avec cette même mine dépitée, et soulève du bout des doigts l'une des bouteilles pour en lire l'étiquette. Je plisse un peu les yeux, astique consciencieusement la bouteille. J'ignore son rire débile et lui répond plutôt sèchement.

Ça ira.

Je lui tends le mouchoir plein de poussière, et le lui pose sur les bras sans attendre qu'il le prenne lui même : après tout, c'est sa faute si cette pièce est aussi sale et lugubre ; alors, il peut bien le prendre jusque chez lui sans broncher... M'amener dans un endroit pareil... Bref, bouteille à la main, je passe la porte en la poussant avec mon coude et avance dans le couloir, sans avoir pris la peine de la lui tenir.

Allons-y, j'supporterais pas de rester ici une minute de plus. Par contre, et tu n'y verras pas d'inconvénient, je prendrais soin de nettoyer cette pièce de fond en comble dès demain. Insupportable. Négligé. Dégoûtant. Comprend pas...


Finissais-je par marmonner en avançant jusqu'à l'ascenseur. Plein de choses à se raconter... Je lui ai pas dit qu'on ne parlerait plus de choses sérieuses pour aujourd'hui ? J'vais le faire picoler, il me posera moins de questions. Mouais. Où peut-être le contraire, faut que je me méfie de cette fouine.

On entre dans l'appartement, j'ouvre expressément quelques placards pour en sortir deux verres à pieds et un tire-bouchon. Je nous serre deux verres plutôt bien rempli.

Je suppose qu't'as pas l'habitude de boire; mais on a qu'une vie fais pas le rabat-joie et trinque avec moi. Si y'a un soucis, ton lit est pas loin.

Je lui tends son verre, m'assoit sur le canapé et me force à lui sourire, histoire qu'il coopère : pour une fois, j'aimerais ne pas boire seul, comme un moins que rien. J'imagine que s'il comprend que ça me fait plaisir, il le fera. Et puis, il peut bien faire ça pour se faire pardonner.


Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Sam 5 Nov - 18:56

Un 69 ne s'oublie pas avec toi, hein ? Rien qu'un instant l'image de l'homme de tout à l'heure et Levi en plein action de 69 me traverse. Je rougis et secoue la tête.

« Bon sang Levi, tu as d'autres conneries du genre à raconter ?! Attend non, je ne veux pas savoir... »

Il serait capable de me raconter tout ses plans A, B, C et surtout Q et loin de moi l'envie de savoir s'il préfère le trou d'une femme ou d'un homme. D'ailleurs il l'a déjà fait avec une femme ? J'ai envie de lui demander, mais c'est carrément pas le moment ! Je sais, je vais attendre qu'il soit complètement saoule pour en apprendre plus sur lui.

On arrive à la cave et je remarque le regard noir qu'il me lance comme un couteau qui me transpercerait, ça fait mal, son regard va me tuer. Je déglutis et me gratte l'arrière de la tête alors que Levi me lance un « ça ira » sec et amer avant de me mettre le mouchoir dégueulasse sur le bras.  Lev est sûrement cent fois plus maniaque que moi, car après tout, même si je suis plus âgé je l'ai toujours admiré et c'est un peu à cause de lui si je suis devenu maniaque. Je prends le mouchoir du bout des doigts et le secoue dans le vide, ouais j'ai peur qu'une araignée s'y cache. Il se relève et me bouscule, je gémis en sentant le bout de son coude me rentrer dans les côtes et m'apprête à le suivre en me prenant la porte qui se referme sur le bout de mes doigts. Je me mords la lèvre inférieur et retiens un cri. Pourquoi tant de haine ? J'ouvre la porte doucement et hoche la tête.

« Cette pièce est la tienne, je n'y viens jamais alors tu peux faire tout ce que tu veux ici. »

Une fois dans l’ascenseur je me sens toujours aussi mal à l'aise. Mon cœur bat la chamade et je prie pour qu'il ne l'entende pas s'affoler. Son regard me déstabilise, être proche de lui me déstabilise ! Enfin, après les secondes qui m'ont semblé être des minutes, qui m'ont semblé être des heures, j'arrive enfin à mon appartement. Dès qu'on rentre Lev ne perd pas de temps et il s'empresse d'ouvrir la bouteille pour servir deux verres bien remplis, trop pour moi !

« Tu sais, je veux bien boire, mais je ne tiens vraiment pas l'alcool. De ce que mes amis m'ont dit je deviens complètement cinglé et sans gêne, apparemment je me suis mis à poil et j'aurais dragué une femme... Enfin, je ne me souviens jamais de la veille. »

J'ai honte de ce que je révèle, mais Lev est mon meilleur ami alors je peux lui dire, même s'il ne me voit plus comme tel. Je soupire et prends le verre, comme il dit j'ai mon lit pas loin et les wc à côté.

« On trinque ? »
Je n'attends pas sa réponse et cogne délicatement mon verre contre le sien.
« à nos retrouvailles ? »

Je porte le verre à mes lèvres et bois doucement le nectar qui commence déjà à me brûler la gorge. Putain, j'ai déjà envie de vomir tripes et boyaux... Je suis vraiment incompatible avec l'alcool. J'aurais dû prendre un coca ! Je pose le verre sur la petite table et grimace discrètement, c'est vraiment dégueulasse, mais il faut que je tienne le coup, pour connaître sa vie en mon absence.

« Alors du coup, ce type tu vas vraiment le revoir ? Il attend quelque chose de toi ? De plus que du...sexe ? »
Je continue de boire doucement, je suis tellement absorbé par la conversation que je ne me rends pas compte que je commence doucement à devenir bourré !!
« Et en mon absence, tu as eu une petite amie ou même des coups d'un soir féminin ? D'ailleurs, comment ça se fait que tu sois devenus...hum... Gay ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age IRL : 23
Messages : 38

Informations
Ton scientifique / cobaye: De.quoi.tu.parles ? ._.
Ton humanoïde / employeur: Pas les moyens.
Ton amoureu(se)x: Ma main.
Je ne cherche pas de travail / Humain
Voir le profil de l'utilisateur




Levi Akatsuki
Je ne cherche pas de travail / Humain
Ven 11 Nov - 21:57

RETOUR VERS LE PASSÉ.
Je lève un sourcil, étonné qu'il ne rechigne pas à boire avec moi.

Cinglé et sans gène hein ?

Répétais-je avec un air de défi. Je porte mes lèvres à mon verre et manque de recracher ce que j'avais déjà ingurgité à la suite de sa phrase. Bien que le fait de se mettre à poil une fois bourré soit un truc qui ne m'étonne pas trop en temps normal, venant de lui ça me surprend encore. Décidément, il va falloir que j’arrête de le voir comme un bébé qui n'a rien vécu, même si... Même si cette histoire de "draguer une femme" est à mourir de rire, comme si c'était grave... Bon, coupons la poire en deux, on va dire que je ne vais plus le voir comme un gosse, mais comme un adolescent pré-pubère.
Je ricane à ses derniers propos et le laisse cogner son verre contre le mien en marmonnant :

J'veux pas rater ça ! Je rajoute, cette fois plus fort et avec un semblant de sourire. Ouaip, à nos retrouvailles.

J'espère qu'il va pas s'emballer juste parce que j'ai dit ça, parce que, dans l'fond, moi, j'm'en fous. J'veux juste picoler, quoi. Je l'observe discrètement ; lui par contre, il n'a pas l'air d'apprécier sa boisson. Boaf, plus il boira, moins il sentira. C'est le conseil que je lui donnerai s'il commence à faire sa mijaurée.

Raaah c'est pas vrai, il me reparle vraiment du gars ? J'avais pas dit qu'on arrêtait les discussions sérieuses pour aujourd'hui ?! Qu'est-ce qu'il peut être têtu celui-là... Mais après tout, est-ce bien un sujet sérieux ? Je crois que j'en ai rien à faire du type de ce matin ; alors, s'il veut en parler, allons-y. Surtout que je dois bien avouer que l'intérêt qu'il porte à ma sexualité me perturbe, j'ai bien envie de le taquiner la dessus. Je bois d'une traite mon verre, prend la bouteille et m'en resserre un tout en remplissant à nouveau le sien, même s'il n'est pas encore terminé.

Le type de ce matin ? Ouais, c'est possible que je le revois, si j'ai envie de tirer mon coup, ou si j'ai besoin d'un truc de sa part.

J'hausse les épaules et regarde dans le vague, j'ai aucune envie de voir la tronche qu'il tire. Est-ce que ce type voudrait quelque chose de plus que du sexe avec moi hein ? Ce type ne veut que ça, j'me demande même s'il à une vie à côté... Puis honnêtement, même moi j'voudrais pas de moi-même, faudrait être fou.

Il voudra rien de plus. Moi non plus, faut dire. Honnêtement dans ce milieu - le milieu gay je veux dire-, c'est difficile d'avoir du sérieux, les mecs, leur testostérone...tu vois ce que j'veux dire...


Je bois à nouveau quelques gorgées, honnêtement, je ne ressens encore aucun effet, trop habitué. Je croise les jambes et pose mes bras sur le dossier du canapé en faisant très attention à ne pas renverser de vin dessus. Ça me gâcherait la soirée, c'est vraiment chiant à nettoyer.
Je balance ma jambe un peu nerveusement, n'ayant pas l'habitude de me confier sur quoique ce soit depuis que...Et bien...depuis qu'on ne se parlait plus. Ouais, ça fait des années que je garde trop de chose pour moi et que je me sens seul à en crever. Je me racle la gorge pour continuer sur ma lancée, d'un ton un peu saoulé tout de même :

Et du coup, pour répondre à tes autres questions, j'ai eu des coups d'un soir féminin aussi, oui. Mais rien de sérieux, faut croire que j'suis pas le genre de personne avec qui on aimerait vivre.

Je me tourne cette fois vers lui et lui jette un regard soulignant un petit "n'est ce pas ?" ; ouais, je pense qu'en un seul jour, il a bien compris que je ne suis pas facile à vivre... Je bois un peu plus et commence à m’affaisser. Je remonte machinalement mon haut et me caresse le bide -bah quoi-.

Donc, disons que je suis pas gay, tant que ça bouge ça me va.

Là, je lui souris, pour de vrai cette fois, amusé et à la fois provocateur.

Du coup, j'te conseille de rester immobile. A moins que...Tu sois intéressé par moi. T'en as l'air, en tout cas, avec toutes tes questions cheloues.


Je lui demanderais p't'être plus tard si lui aussi a dézingué quelques nanas depuis le temps, mais là, j'veux surtout savoir pourquoi mon côté gay le questionne autant.


Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Jeu 17 Nov - 20:24

Le temps est sûrement notre pire ennemi, il joue sur le physique comme il peut jouer sur notre caractère, sans oublier qu'il nous prend tout ce qu'on aime. Je croise les jambes et m'adosse au canapé en laissant un soupir s'échapper. J'ai connu Levi enfant, pure et innocent, aujourd'hui il se donne à n'importe qui pour obtenir n'importe quoi. Je ne le reconnais plus, c'est comme s'il était devenu un inconnu. Je fini simplement par hocher la tête et reposer mon verre.

« Les mecs ne sont pas tous comme ça tu sais Lev'. Il y en a des biens, tu ne tombe juste pas sur les bons et puis on ne va pas se mentir, tu ne cherches pas le ''bon'' mec. Je me trompe ? »


Je continue par la suite à lui poser des questions, rien de bien méchant, mais j'ai l'impression que ça le gonfle. Je bois de nouveau au moment où il me lance un regard, vivre avec lui en tant que colocataire ce n'est pas la fin du monde, en revanche vivre avec lui en tant qu'amoureux... Je me demande ? Je lève la tête pour finir mon verre, les oreilles grandes ouvertes et les yeux qui l'évite. Bien que j'essaie de cacher mon gène par la boisson, Levi trouve un moyen de me faire m'étouffer avec l'alcool et merde j'ai avalé d'un coup maintenant ma tête me tourne. Je pose mon verre assez brusquement sur la table et me tient la tête en fermant les yeux.

« Levi bordel, tu es mon meilleur ami. Peux-tu...éviter...de sortir ce genre de chose... »

Comme si j'avais déjà pensé à faire ce genre de chose, je veux dire même quand on était plus jeune on c'est jamais montré nos saucisses alors bon. D'ailleurs ça m’intéresse pas de voir sa saucisse. Mais alors que je pense à ça le rouge me monte aux joues et l'image d'un Levi qui me prend survient comme un flash devant mes yeux. Je mets ma main devant mes yeux et retiens un reflux gastrique. Charmant...

« Dégueulasse. »


Je secoue énergiquement la tête, mais me calme rapidement après avoir ressenti la sensation d'avoir mon cerveau qui tapait sur mon crâne. Putain j'ai trop bu... Demain je suis censé travailler. C'est pas bon ça ! Je presse ma tête entre mes mains et fronce les sourcils. Il faut que j'aille dormir. Je jette un coup d’œil à l'horloge qui indique seulement 21 heures. Il est trop tôt ! Je sais, prendre une douche. Je dois prendre une douche. Ouais c'est une bonne idée. Je me lève doucement en me tenant au canapé avant de me racler la gorge comme si de rien était.

« Pour te répondre : non je ne pense pas à faire ce genre de chose avec toi Levi. Tu es mon meilleur ami et j'aimerai savoir ce que tu as fais pendant dix ans, enfin je me renseigne. »


Sur ces mots je me rends dans ma chambre pour prendre un pyjama et je vais ensuite dans la salle de bain prendre une bonne douche bien chaude. Dans la salle de bain je me regarde dans le miroir et passe une main dans mes cheveux pour les relever. Mes joues sont rouges, ma gorge ainsi que mes lèvres sont sèches. Est-ce vraiment l'effet de l'alcool ou est-ce quelque chose qui m'est encore inconnu ? La sensation de retrouver un meilleur ami qui me fait bouillir à l'intérieur peut-être ? Peu importe. Je laisse mon pantalon et mon caleçon s'écraser par terre, balançant ma chemise à l'autre bout de la pièce. J'entre dans la douche et je me laisse glisser le long de la paroi pour poser mon cul sur le sol. J'ai activé la douchette du plafond et l'eau me coule sur tout mon corps. Il devient rapidement rouge à cause de la chaleur et je souffle un bon coup. Bordel que c'est bizarre de revoir son meilleur ami dix ans plus tard. J'ai comme une sorte de flash-back. Je ferme les yeux et profite de nos vieux moment, je profite de cette bataille de boule de neige avec Lev' où je m'étais pété le coccyx.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age IRL : 23
Messages : 38

Informations
Ton scientifique / cobaye: De.quoi.tu.parles ? ._.
Ton humanoïde / employeur: Pas les moyens.
Ton amoureu(se)x: Ma main.
Je ne cherche pas de travail / Humain
Voir le profil de l'utilisateur




Levi Akatsuki
Je ne cherche pas de travail / Humain
Dim 20 Nov - 23:12

RETOUR VERS LE PASSÉ.
Des mecs bien, y'en a, hein ?! Pfff... Même lui qui n'a rien de monstrueux m'avait fait un coup bas. Alors, comment faire confiance à d'autres ? Impossible. De toute façon, hommes comme femmes, je reste sur mes positions : tout le monde ne pense qu'à sa petite gueule en étant prêt à trahir ou mentir aux personnes même les plus proches. Définitivement, il ne fait pas bon s'attacher, ni tomber amoureux. Plus jamais. Donc, certes, il ne se trompe pas :

Oui, ça fait longtemps que je ne cherche plus.

Pour chercher quelque chose, il faut qu'il soit trouvable, Eren. Il est si naïf, j'ai l'impression qu'il l'est, en tout cas. Peut-être cache-t-il très bien son jeu après tout ?! Mon pieds se balance nerveusement et je bois un peu plus de vin. Je sens enfin la chaleur alcoolisée se diffuser en moi, rien de bien visible mais mes muscles se détendent. Je me sens fatigué, cette journée était éprouvante.

Je ricane, je l'ai choqué le petit on dirait, c'était l'effet recherché. Pauvre choux ! Mes yeux se tournent vers lui, dans un regard d'abord attendri, perdu dans mes pensées. Alors comme ça, il me voit encore comme son meilleur ami malgré tout ce temps. Un jour, des petites excuses, et il croit qu'on reprend tout comme avant. La naïveté à son paroxysme... On a changé, tout a changé. Je peux plus lui faire confiance, non, mais je vais essayé de faire des efforts pour que notre entente reste cordiale.

Mon regard s'assombrit devant son air écœuré, prêt à vomir, et son "dégueulasse". Je serre les dents et le poing regardant à présent ailleurs, énervé. Comment peut-il dire ce genre de chose en pensant à nous deux en train de faire des trucs ? Ça va, c'est pas si horrible que ça, putain. Connard. J'veux bien qu'il soit hétéro, j'veux bien qu'il soit choqué par ma vanne, mais qu'il dise ouvertement que ça le dégoûte... Je sais pas...ça me blesse. Est-ce parce que j'aurais voulu lui plaire ? Non, non, c'est juste que...Il a pas de tact ce type, merde. Voilà.

Je me contiens, bois encore et encore et l'entend se lever. (Je me force à ne pas le regarder de peur de vouloir le trucider sur le champ.) Cette fois, il répond plus..."normalement" et répète encore une fois que nous ne sommes que de simples meilleurs amis.

Ouais, ouais, message reçu, je laisserai tes fesses tranquilles. Lui assurais-je d'une voix tendue.

De toute façon, je disais ça pour te vanner, je suis pas désespéré au point de me faire un mec comme toi.

Je ne sais même pas s'il m'a entendu, il part dans sa chambre et en ressort pour aller dans la salle de bain. Mais qu'est ce qu'il fiche cet idiot ? Me dites pas qu'il est déjà saoul ? J'hausse les épaules, remplit mon verre et me lève pour aller chercher mes clopes pour aller m'en fumer une sur le balcon pendant que mon colloc fait je ne sais quoi. J'en mets une entre mes lèvres et chope mon chat par la même occasion. En passant devant la porte de la salle de bain, je tends l'oreille tout de même, histoire d'être sûr qu'il ne fasse pas de bêtises sous le coup de l'alcool. Malgré tout, je me sentirais un peu fautif s'il se blessait ou quoique ce soit, puisque je l'ai incité à boire.

Eren ? Ça va ? J'vais aller sur le balcon en fumer une.

Bizarrement, j'entends l'eau couler mais rien d'autre, il n'a pas l'air de bouger. Bordel, je vais devoir entrer pour voir. Boulet. Je repose le chat par terre, et pousse la porte pour voir le jeune homme assis dans la douche en train de rêvasser à poil. Je souris en le matant 2 secondes, boah ça va, j'ai des yeux, j'y peux rien. Mais bam, je me souviens de sa tête de tout à l'heure et ses paroles, retour à la réalité. Après avoir retiré la clope de ma bouche, je gueule pour qu'il réagisse et je détourne le regard.

EREN ! BOUGE OU J'TE BOUGE !


Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Sam 10 Déc - 17:18

Désespéré au point de me faire un mec comme toi... Désespéré...Comme toi... Putain, pourquoi cette salope de phrase résonne dans ma tête comme si ça m'atteignait ?! Sérieux, merde, fais chier !! Je suis sous la douche, assis, les genoux repliés sur moi. J'entends seulement le bruit de l'eau, tout mes muscles se détendent, sauf mes poings. Je n'arrête pas d'y penser, à ça, à lui, à ce putain de mec qui se fait payer en nature comme si Levi était une prostituée. Putain ça me soûle que mon meilleur ami soit tombé aussi bas, ça me soûle de ne rien savoir. Pourquoi il veut pas voir sa mère ? Comment il en est venu à faire la catin ? Est-ce qu'il aime ça ? Est-ce qu'il a eu une copine ? Un copain ? Je ne sais plus rien c'est comme s'il était devenu un inconnu. Je soupire et ferme les yeux, c'est bizarre je ne pensais pas que la soirée allée se passer comme ça. Je soupire une seconde fois et j'ouvre les yeux, l'eau vient flouter ma vision et je sors ma tête de sous le jet pour entendre une voix m'appeler. Je cligne des yeux à répétition et remarque la porte entre-ouverte. Rapidement je me replie sur moi-même pour cacher ma nudité de mon meilleur ami.

« LEVI Qu'est-ce tu fous ? »


Je ne crois pas qu'il m'ait vu, d'ailleurs il ne me regarde pas en ce moment donc je suppose qu'il n'a pas fait ça pour m'embêter. Je me relève et protège ma virilité avec mes deux mains après avoir fermé le robinet d'eau. Je sors de la douche et prends une serviette pour en entourer le bas de mon corps.

« S...Sors je te rejoins dès que je suis...habillé. »

Je dis ça mais j'ai déjà ma main qui est venue claquer la porte. J'espère ne pas lui avoir éclaté le nez. Je suis pas sûr en faite. Du coup je me précipite. J'enfile rapidement mon bas de pyjama, puis mon haut... On peut dire que je suis bien loin du mec sexy. C'est un pyjama tout blanc, il commence à faire froid alors il est en laine. Une laine vraiment chaude et aussi douce que celle d'un mouton. Pied nus, cheveux mouillés, je cours vers le balcon tout en manquant de trébucher à cause de cette saleté de chat qui vient marquer son territoire sur moi. Je crois que je viens de lui marcher dessus, il a miaulé et m'a attrapé le pied avec ses griffes. Je crie et pose ma main sur la bouche pour étouffer. Merde, saloperie ! Je shoot doucement dans la matou et court vers le balcon en fermant la porte pour que le chat qui me suivait ne puisse plus m'attaquer. Je reprends mon souffle et passe une main dans mes cheveux mouillés.

« Levi, ton chat est un putain de psychopathe. Je...Je crois que je ne vais pas l'aimer. »

Je me souviens maintenant de pourquoi il m'a attaqué. Parce que j'ai couru et si j'ai couru c'est parce que... Je lève la tête vers le brun et le regarde.

« Je ne t'ai pas fais mal ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age IRL : 23
Messages : 38

Informations
Ton scientifique / cobaye: De.quoi.tu.parles ? ._.
Ton humanoïde / employeur: Pas les moyens.
Ton amoureu(se)x: Ma main.
Je ne cherche pas de travail / Humain
Voir le profil de l'utilisateur




Levi Akatsuki
Je ne cherche pas de travail / Humain
Mar 14 Fév - 21:51

RETOUR VERS LE PASSÉ.
Je rêve où il a vraiment osé me claquer la porte à la figure ? Ça m'apprendra à me faire du soucis pour lui. Crétin.

P*tain de m*rde Eren !

Je ramène mes mains à mon visage par réflexe, lâchant ma cigarette au sol. Il a bien failli me casser le nez cet idiot. Il y a vraiment des jours où on ferait mieux de rester coucher... Mes paumes n'ont pas l'air couvertes de sang, ça devrait aller. Je soupire et lève les yeux au ciel. Par respect je ne regardais même pas, et puis, j'en ai vu d'autres. Comment se fait-il qu'une personne aussi idiote ait mieux réussi dans la vie que moi ? Je récupère ma clope, et mon verre posé à l'entrée de la salle de bain et l'enfile d'une traite. Hop, comme ça, je ressentirais moins la douleur - et j'aurais peut-être moins envie de le frapper-.

En me rendant sur le balcon, je me rends compte que l'alcool commence à se faire ressentir. Ma vision change et se trouble légèrement, j'ai même l'impression que mon derrière atteint une chaise avant que mon cerveau ne soit au courant. Aaaah, cette sensation... C'est tellement bon après une journée pareil ! J'allume ma clope, j'en tire une bonne latte et ferme les yeux. Les images même de mes pensées commencent à vaciller.

Il me semble entendre au loin un cri, mais je ne relève pas immédiatement. J'ouvre un œil quand la voix d'Eren me ramène sur terre. Chat ? Psychopathe ? Pas l'aimer ? Je le regarde une longue minute sans lui répondre, jusqu'à ce que la boule de poil se ramène - comme pour narguer Eren qui avait mal fermer la porte - et se frotte à sa jambe. Là, je remarque les griffures sur sa cheville. Un petit rictus sadique s'échappe de ma bouche, bien fait, ça compensera pour le coup de la porte dans le pif. D'un léger "non" de la tête, je lui signifie que je n'ai pas eu mal.

En guise de démonstration concernant Ren, je tapote vers moi pour qu'il approche. Doucement, j'approche ma main de son museau pour la lui faire sentir, et ainsi le mettre en confiance. Après ça, le chat se calme, se frotte et je le caresse. Je lève les yeux vers Eren, j'attends que ma vision se stabilise et lui rétorque.

Tout est une histoire de confiance. Faut savoir le prendre.

Je tourne le regard vers la ville et...sourit.

Il est comme moi, tu sais.

Je tire une chaise vers lui, pour l'inviter à s’asseoir. Le vin m'adoucit, et ça m'effraie un peu. J'espère ne pas le regretter demain matin. Une fois mon colocataire assis en face de moi, j'éclate de rire.

Hahaha f*ck ! J'avais pas remarqué ton pyjama, Eren... T'es vraiment un gamin.

Reprenant mon sérieux, je fais mine de vouloir toucher la matière de son haut. Honnêtement, je n'ai plus trop le contrôle de mes gestes, et mon bouclier commence à buguer. Je caresse son épaule et baisse la tête, dépité : j'ai trop envie de...Non, j'peux pas...Je...
Je soupire, m*rde, il faut que je le fasse... J'enlève ma main, me soulève de ma chaise et le prend dans mes bras. Ma tête enfouie dans son cou, mon cœur battant un peu plus fort, je me lance, sachant d'ors et déjà que je vais regretter cet instant de faiblesse :

Je voulais tellement te revoir...


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
[pv Levi] Retour vers le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Retour vers son coeur.
» Le retour vers le bercail.
» Retour vers le passé !!
» [WHAT IF] Retour vers le futur ! Ah non le passé... [GINA]
» Lapangel. Le lapin pas crétin [ Fini, à valider)

Relife Rpg :: Préfecture de Kyoto :: Logements :: Appartement Kaizaki / Akatsuki-
Sauter vers: