PREDEFINIS
ANNONCES
11/04 ▬ Le contexte ainsi que le design du forum sont en cours de modifications. Nous faisons de notre mieux pour le rendre plus captivant et plus amusant ! N'hésitez pas même si vous êtes invités à nous donner des conseils dans la partie "invité". Merci !

28/01 ▬ Le forum est maintenant interdit aux moins de 18 ans. Un nouveau thème "mature" va être installé jeudi.
01/01 ▬ Vous pouvez proposer un lien aux invités / Les invités peuvent désormer avoir un lien avant leur inscription.
27/12 ▬ Vitaliy cherche des partenaires RPs
23/12 ▬ Les partenariats sont en cours d'ouverture
26/11 ▬ Nouveau thème mis en place ♥
NOS POTOS
Les design de ce forum à été fait par nectarinne avec l'aide de never-utopia et cccrush, merci de respecter son travail et de ne rien copier !
Chapitre I
HIVER • 2°C
Contexte
La fainéantise, c'est un défaut qui dort en chaque humain. Depuis que les robots ont été inventés et vendus à prix raisonnables, les humains se servent d'eux pour ramener de l'argent au foyer à leur place. Malheureusement, il ne s'agit plus seulement de cela : les sorties, les achats, les rencontres tout, a été touché par cette vague d'usage robotique. De ce fait la crise est présente au Japon, elle est à la fois économique mais aussi amoureuse. Les couples deviennent rares, tout comme les enfants. Pour cette raison, le gouvernement devait agir et il a fait appel à nous. Nous sommes le laboratoire Relife, secret aux yeux du monde, personne ne nous connaît. Nous avons inventé deux pilules pour faire vieillir ou rajeunir la personne et ainsi la réhabilité au monde du travail. Un vieux retournera au lycée et un jeune ira travailler. Leur monde sera inversé, ainsi ils pourront se sociabiliser de nouveau. Qu'est-ce qui poussera ses gens à participer ? L'argent. Ils seront payés autant que leurs humanoïdes leur rapportent et surtout, ils pourront faire des achats aux frais du laboratoire pendant la durée du programme : soit un an !
Partenaires

Staff
Eren
fondateur
ProfilMP
Kyoya
Codeur
ProfilMP
Levi
Administrateur
ProfilMP
Toi ?
Rang
ProfilMP
Toi ?
Rang
ProfilMP
Toi ?
Rang
ProfilMP

 :: Préfecture D'Osaka :: Universal Studios Japan Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
PV Hime - Le chat et la souris
avatar
Age IRL : 22
Messages : 14
Généticien / Humain
Voir le profil de l'utilisateur




Kyoya Kurosawa
Généticien / Humain
Mer 9 Nov - 6:48

Orihime K

Kyoya K.

Le chat et la souris
Il était 8h20 et nous étions samedi. Orihime grognait sur moi parce que je traînais encore au lit alors que je lui avais promis... promis quoi déjà ? Ah oui, une sortie au parc d'attraction. Je me levais lourdement en tirant mon corps hors de la chaleur des draps et du lit ayant un léger frisson en posant mes pieds sur le sol froid.

Je soupirais et décrivais lentement son visage aux joue gonflées par l'agacement. L'air absent, je me levais et allais directement mettre ma tête sous l'eau, littéralement. Assurant mon réveil total. Mais comment en est-on arrivé là déjà ?

/Flashback/ ▬ Quelques jours plus tôt...

Comme presque tous les soir ces derniers mois, je ne rentrais que lorsque la nuit était bien avancée, mettant un point d'honneur sur mon travail, je m'investissais à fond et ne voyais jamais les heures filer, au grand désespoir de celle qui partageais mon quotidien.
Bien que faite de rouage et de chair synthétique, Hime se sentait souvent seule à la maison, je partais rarement après 7h et ne rentrais plus avant 22h. Pour une jeune femme de 20 ans c'était un labs de temps dans la solitude bien trop long.
Je dénouais ma cravate et faisais sauter mes boutons uns à uns à peine passé l'embrasure de la porte d'entrée, fermant celle ci en silence pour ne pas la réveiller, vu l'heure tardive. Au final, en levant les yeux, j'aperçut cette silhouette et ces cheveux familier, elle était là, planté devant moi, bras croisés, le regard noir. Je lui avais dit que je rentrerai plus tôt... je ne tenais pas vraiment mes paroles en ce moment. Je soufflais et baissais les yeux en souriant nerveusement, tentant de bafouiller une excuse bidon pour calmer ses orages et les éclairs qui semblaient être projeté de ses yeux... Tel le grand William Wallas /SBAF/
Mais clairement, rien n'y faisait, elle s'obstinait à me faire la tête malgré mes tentatives de réconciliation. je lui avait préparé un repas, ne sachant pas non plus si elle avait mangé, lui avait proposé un dvd, malgré ma fatigue, je commençais déjà à manquer d'idées...
Je m'affalais dans le canapé en soupirant dépité et la regardais avec des yeux de chien battu en chouinant.

" - Himeeee... Arrête ds boudeeeeer ! Je te promet qu'on fera ce que tu veux samediiii !! Mais arrête de boudeeeeer..."

Glissant sur le canapé jusqu'au sol telle une goutte d'eau sur une vitre, je me traînais jusqu’à elle en posant ma tête sur ses genoux comme un enfant, enfouissant la tête dans son ventre pour pleurnicher passant ainsi mes bras autour de sa taille de guêpe. Depuis quand avait-elle minci comme ça ? N'avait elle pas la silhouette d'une enfant le mois dernier ?
Je ne saurais dire si c'était la mise à jour faite récemment qui l'on tant changée, mais je dois avouer que je ne m'y attendais pas...



I’M JUST THE BOY INSIDE THE MAN, NOT EXACTLY WHO YOU THINK I AM, I REMEMBER WHERE IT ALL BEGAN SO CLEARLY, I FEEL A MILLION MILES AWAY, STILL YOU CONNECT ME IN YOUR WAY, WHEN I COULD ONLY SEE THE FLOOR, YOU MADE MY WINDOW A DOOR, A STRANGE TYPE OF CHEMISTRY, HOW YOU’VE BECOME A PART OF ME, YOU’RE THE ONLY ONE WHO KNOWS WHO I REALLY AM
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Ven 11 Nov - 11:26


Le chat et la souris
C'est moi le chat !



Ce matin je n'ai nul besoin de faire sonner l'alarme pour me réveiller. Mon cerveau est conscient de l'amusement qu'il va y avoir aujourd'hui et prit d'une certaine hâte je me réveille bien avant l'heure. Je regarde le réveil qui indique qu'il est sept heures, le parc ouvre dans une heure. J'ai tellement hâte ! Je me lève et je vais dans la salle de bain avec des habits que j'ai préparé la veille tout excité. Après m'être lavé les cheveux, le corps et les dents en même temps je me lisse ceux-ci. J'aime bien les bouclettes, mais avec les manèges elles ne vont pas rester. Je mets un jean tout simple noir avec un top bleu qui va bien avec mes yeux. Comme c'est une saison froide je n'oublie pas la petite veste et je mets des bottines plates. Le maquillage est tout simple, mais waterproof pour éviter qu'il ne coule dans la journée. Après quarante minutes de préparation je suis enfin prête. Je vais dans la cuisine pour préparer un bon petit déjeuner : un café, une tasse de chocolat chaud et des tartines à tremper. E pense que tout est parfait, seulement... Seulement il manque l'essentiel. J'ouvre la porte de la chambre de Kyoya qui vient frapper contre le mur.

« KYOYA !! Lève-toi ! »

Mon habitude revenait au galop, je gonflais les joues l'air boudeuse et croisais les bras parce que je voyais qu'il ne se levait pas. J'insiste, insiste et insiste. Finalement il se lève. Je souris en le voyant comme ça, on dirait un enfant et ça me donne envie de le prendre dans mes bras. Cette partie de lui que moi seule peut voir, je l'adore. Bien que celle-ci ne dure pas longtemps pour laisser la place à une partie plus tentatrice, une partie qui se tourne vers d'autres femmes, une partie contrôlé par son entre-jambe... Je déteste le voir ainsi, mais aujourd'hui c'est notre journée à lui et à moi !

« J'ai préparé ton petit-déjeuner. »

Après cette phrase je retourne dans le salon pour commencer ma journée avec un bon chocolat chaud. Au final je devrai bouder plus souvent.

/Flashback/

Comme d'habitude mon regard se porte sur l'horloge et comme d'habitude l'heure citée par Kyoya est largement déplacée. De plus, je n'ai aucun ami et la journée je ne sors pas parce que sortir seule est un réel ennuie. Je soupire à répétition. Je me sens seule, très seule. De plus quand Kyoya a du temps libre il le passe avec des femmes. Je peux comprendre le fait qu'il ai besoin d'une femme, une vraie, mais et moi dans tout ça je deviens quoi ? Bien que je sois fait de mécanisme et que je n'ai ni cœur, ni sang, mes sentiments eux existent. Il faut que  je mette un terme à cette solitude  avant de devenir folle, avant de faire une erreur. Je suis allongé dans le canapé, à compter le nombre de tic tac que fait l'aiguille des secondes, puis des minutes et sur l'aiguille des heures une porte s'ouvre.

Le voilà ! Puisque je lui ai déjà demandé plus d'une fois de prendre soin de moi et qu'il ne l'a pas fait, alors cette fois-ci ça va être le contraire. Fuis moi je te suis, suis moi je te fuis. J'arrive devant la porte et Kyo me remarque enfin. Après avoir entendu une excuse on ne peut plus pourrie. Je lève la tête et me tourne finalement sans lui avoir adressé un mot. Il me propose à manger, puis un film, bien que j'ai envie de me coller à lui je ne le fais pas. Il faut qu'il me propose plus que ça, il faut qu'il me promette que je ne serai plus seule. Je m'assoie dans le canapé et allume la télé, l'ignorant totalement et ne lâchant pas mon regard de l'écran. Sa petite voix est trop mignonne, elle me donne envie de rire, mais je ne dois pas. Alors qu'il me promet de faire ce que je veux, un reportage apparaît sur l'écran : Universal studio Japan. Je n'y suis jamais allée, mais ça a l'air fantastique ! Je tends mon doigt vers le téléviseur pour lui montrer l'endroit :

« Je veux, ça... »


Sauney de Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age IRL : 22
Messages : 14
Généticien / Humain
Voir le profil de l'utilisateur




Kyoya Kurosawa
Généticien / Humain
Dim 13 Nov - 17:20

Orihime K

Kyoya K.

Le chat et la souris

Bon maintenant que nous avons remis les choses dans leur contexte, je peux reprendre à ce fameux samedi.

Après avoir passé bien cinq bonnes minutes la tête sous l'eau, j'allais au séjour, je m'asseyais sous les yeux de Hime qui, s'ils l'avaient pu, m'aurait foudroyé en lançant des éclairs tant je traînais... Je grimaçais et lui tirais la langue. Mais ce n'était pas non plus de ma faute si je n'étais pas du matin ! Je soufflais et tentais de boire mon café plus vite que d'habitude, après tout j'avais promis que c'était sa journée.
C'est en un temps record pour moi que je terminais mon petit déjeuner avec ce fameux café noir, une tartine et un verre de jus, il allait au moins me falloir ça pour supporter la journée ... dehors.

Oh pas que sortir me dérange, enfin quoique... un peu, j'aimais plus les endroit confiné certes.

J'allais ensuite me changer, en accélérant le mouvement, optant pour un tshirt manche 3/4, col en V brun/taupe et un jeans noir avec des basket de ville type converse. Rien de plus rien de moins, si ce n'est qu'une montre noire. J'admet me trouver plutôt pas mal habillé comme ça, sans en faire trop. Je soufflais en rejoignant Hime dans l'entrée.

" - Voila, j'suis prêt."

Elle était radieuse, avec ce haut, mais je détournais vite les yeux pour ne pas passer pour le vieux pervers de service. Elle était comme ma fille ! Ça tirait alors sur l'inceste... bref, j'ouvrais le garage et la voiture a l'aides des télécommande et de la clef, lui ouvrant la porte, comme à mon habitude, m'installant par la suite à la place conducteur, démarrant le moteur prêt à partir.

Pendant le trajet je prenais un air sérieux, me concentrant sur la route pour ne pas louper la sortie, jetant quelques coup d’œil sur le visage souriant de Hime à coté de moi.

Je dois avouer que je ne savais pas bien à quoi m'attendre aujourd'hui, Hime avait elle plus en tête les spectacles aquatique avec les  animaux ? les attractions "douces" ou les grands 8 ? L'idée de faire des montagnes russe me donnait des frissons, j'espérais plutôt faire une maison hantée ou quelques choses du genre, m'imaginant Hime se coller à moi de peur en couinant mon nom, ma tête se changeait lentement en moue rêveuse, un filet de bave subtile sur le coin des lèvres.




I’M JUST THE BOY INSIDE THE MAN, NOT EXACTLY WHO YOU THINK I AM, I REMEMBER WHERE IT ALL BEGAN SO CLEARLY, I FEEL A MILLION MILES AWAY, STILL YOU CONNECT ME IN YOUR WAY, WHEN I COULD ONLY SEE THE FLOOR, YOU MADE MY WINDOW A DOOR, A STRANGE TYPE OF CHEMISTRY, HOW YOU’VE BECOME A PART OF ME, YOU’RE THE ONLY ONE WHO KNOWS WHO I REALLY AM
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Dim 27 Nov - 21:22


Le chat et la souris
C'est moi le chat !



Kyoya avait les cheveux trempés, quel idiot, il allait rapidement tombé malade ce jour-là. Le temps de déjeuner je lui lançais un regard noir, ça allait sûrement le pousser à se magner le derrière, mais au lieu de ça il me tirait la langue. Oh ça langue je lui aurais mordu jusqu'au sang, baka de Kyoya ! Je détournais le regard attendant impatiemment que Monsieur est fini de se préparer pour qu'enfin il puisse m'offrir la journée de mes rêves. Une sortie avec des gens, oui oui. Ça peut sembler banal, mais je ne sors pas souvent, m'adoptant plutôt une routine ennuyante à faire femme au foyer pour un homme qui n'est jamais à la maison. Kyoya était partie s'apprêtait, enfin je vous dirais, quant à moi j'attendais devant la porte, sac à l'épaule je vérifiais que j'avais bien l'argent, le téléphone, ainsi qu'un peu de maquillage sur moi. Même si je ne suis qu'un humanoïde je reste une femme, toujours prête à attirer l'attention sur moi. J'entendais ses pas et ensuite sa voix qui me confirmait sa présence, je levais les yeux sur lui pour découvrir un homme magnifique. Bordel ! Je croise les bras et incline la tête une mine boudeuse.

« Tu as encore l'intention d'attirer le regard sur toi ? Moi qui croyais qu'on pourraient passer une journée ensemble ».

Je soupire et secoue la tête avant de me tourner vers la porte et de l'empoigner pour passer de l'autre côté de celle-ci. Kyoya est un homme irrésistiblement beau et on ne va pas se mentir, les filles qui lui résistent sont rares. Ça me rend jalouse, mais pas que, ça démontre de mes sentiments bizarre avec lui. De toute façon je sais que je n'ai pas le droit d'avoir se sentiment, s'il m'a acheté c'est pour que je sois sa fille et même s'il n'y a pas de sang dans mes veines, ressentir ça est malsain. Bien sûr, je dois avouer que l'entendre crier et faire crier quasiment tous les soirs des demoiselles est d'autant plus malsain, moi j'attends dans ma chambre en m'imaginant le bonheur que ça peut-être d'être câliné par un homme comme lui. Merde, il faut que j'arrête de penser à ça, ça n'arrivera jamais ! Peut-être même qu'un jour il ramènera une femme que je devrai appeler « maman » et je la détesterait d'être aimé de cette façon par Kyo. Allons, n'y pensons pas et amusons nous. Une fois dans la voiture je retrouve un sourire que j'avais temps envie d'afficher ce matin. Qu'est-ce qu'il va se passer ? Le parc ressemble à quoi ? C'est un peu flippant quand même, qu'est-ce que je vais faire comme attraction ? Après tout, Kyo ne m'avait amené que dans des attractions pour enfants jusqu'à maintenant. Je joue nerveusement avec une mèche de cheveux avant de le regarder. C'est quoi cette tête qu'il fait ? Je lui donne une pichenette sur la joue et pouffe de rire.

« Kyoya ! On ne rêvasse pas en voiture ! Tu veux nous tuer ou quoi ? Baaaaka. »

Je souriais et regardais l'extérieur, était-ce encore loin ? J'avais des fourmis dans les jambes tant je voulais marcher, courir, sauter même ! Je ne tiens plus en place et mon cœur bat la chamade. Je regarde le paysage défilait une grande vitesse, bien que je n'y vois pas une seule ferraille de manège. Je gonfle la tête de Kyoya de multiple question répétitive.

« -On arrive quand ? On est encore loin ? Combien de minute encore ? Kyoyaaaaaa »


Au moment où je sens un coup de frein sec, mon corps part en avant et ma main vient instantanément freiner le choc.

« héé mais ça va pas !!! »

C'est quand je lève la tête que j'aperçois le parking et le portail. Je suis toute excitée, je me dépêche de sortir de la voiture et regarde émerveillé les alentours.

« C'est ici ? »


Sauney de Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age IRL : 22
Messages : 14
Généticien / Humain
Voir le profil de l'utilisateur




Kyoya Kurosawa
Généticien / Humain
Mar 27 Déc - 13:51

Orihime K

Kyoya K.

Le chat et la souris
On va se le dire, toutes ses questions commençaient à m'agacer un peu, nous arriverions quand nous arriverions roooh ! Je râlais dans la voiture et lui ouvrait la clim en plein dessus pour tenter de la faire taire, mais sans résultat. Je tentais de rester de nouveau concentré sur la route sans répondre à Hime et lorsque nous arrivâmes enfin, je pilais, histoire de la surprendre, chose qui fonctionna vraiment bien ! Je n'étais pas encore garé et je lui fis un signe de la tête en direction du grand portail a coté du parking.

Ses yeux brillants et son sourire m'enchante, je prend le temps de ma garer rapidement et la laisse sortir, me posant une question purement rhétorique, je la laisse avancer un peu. Je fermais la voiture, payais les billets d'entrée pour une journée tout compris.

Le parc était immense, même avec une carte et 24h devant nous je n'étais pas sur que nous pourrions faire la moitié des attractions ! J'inspirais à fond et pris la main de Hime.

"- Ne me lache pas si tu ne veux pas te perdre."

Je me contentait de ces quelques mots et d'un léger sourire avant de me diriger vers les premières attractions, le choix était simple : maison hantée ou un mini "grand 8". Je regardais Hime pour voir où elle voulait aller. Ses yeux était comme ceux d'un chat drogué a l'herbe à chat dans une discothèque, attiré par toutes les loupiotes... Je soufflais et lui secouais la main, j'avais choisi pour elle du coup : Maison hantée.

Comment allait-elle réagir ? aurait-elle peur ? Bon après on savait tous qu'il n'y avait rien de réel la dedans, alors je ne m'attendais pas à ce qu'elle ait une crise cardiaque non plus ahah !
La file d'attente semblait un peu longue, mais bien moins que toutes les autres il faut dire ! Je gardais sa main dans la mienne pour ne pas qu'elle s'éloigne, j'avais pu croiser deux ou trois regards de jeunes hommes qui ne mataient clairement pas mes fesses à moi.
Non ça ne m'agaçait pas... c'est totalement faux. J'étais juste très protecteur... rien de plus. Et puis de toute les façon elle était trop jeuen pour penser à ça... n'est ce pas ? enfin... c'était bien ma petite Hime. Même si elle avait bien grandi, et qu'elle avait clairement les forme et la stature d'une jeune femme en devenir... Je me perdais dans mes pensées tandis que nous avancions dans la file.



I’M JUST THE BOY INSIDE THE MAN, NOT EXACTLY WHO YOU THINK I AM, I REMEMBER WHERE IT ALL BEGAN SO CLEARLY, I FEEL A MILLION MILES AWAY, STILL YOU CONNECT ME IN YOUR WAY, WHEN I COULD ONLY SEE THE FLOOR, YOU MADE MY WINDOW A DOOR, A STRANGE TYPE OF CHEMISTRY, HOW YOU’VE BECOME A PART OF ME, YOU’RE THE ONLY ONE WHO KNOWS WHO I REALLY AM
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Ven 27 Jan - 18:40


Le chat et la souris
C'est moi le chat !



Je ne savais plus vraiment où regarder. Tantôt à gauche, tantôt à droite il y en avait de partout et les cris de peur, d'adrénaline et de joie envahissent mes tympans. Une main se glissait dans la mienne, celle-ci me fit sortir de mes rêves et sursauter légèrement avant de regarder à qui elle appartenait. Kyoya... Je lui offrais un beau sourire que j'ai suivi d'un hochement de tête. Je ne suis plus un bébé, je n'ai pas besoin de tenir sa main, mais si ça peut le rassurer alors je ne la lâcherai pas. Il y avait tant d'attractions, à perte de vue. Tant que je ne savais pas quoi choisir. Kyo me tirait, sûrement en avait-il marre de rester planter devant l'entrée et après tout il avait raison, on a pas une minute à perdre. Nous arrivons dans une file d'attente et quand je lève la tête pour voir l'attraction en question je me gèle sur place. Une maison hanté, je n'en ai jamais fait, mais je sais que c'est effrayant. D'autant plus pour une première fois. Doucement la file avance et plus rapidement que prévu nous nous retrouvons devant le chariot qui va me conduire aux enfers. Celui-qui va nous guider pendant dix minutes arrive.

Je souffle un bon coup et serre la main de Kyoya avant d'entrer à l'intérieur. La protection qui se bloque sur mes genoux me prouve que je ne peux plus faire marche arrière, je suis dedans maintenant. Kyoya quel idiot, pourquoi a-t-il voulu commencer par ça ? Je secoue la tête et sourit. L'attraction s'élance et mon cœur tambourine dans ma cage thoracique. Inspire expire inspire expire, respire ! Dès notre entrée dans le sanctuaire de la mort une lumière rouge attire mon attention, des cris, du sang et un squelette me saute dessus. Je sursaute et ferme les yeux. Le trajet continue, il devient long, interminable et malheureusement pour moi la voiturette qui nous protège ne nous guide pas tout le long de l'attraction puisque la deuxième partie se passe à pied. Une fois celle-ci à l'arrêt je descends et me rapproche de Kyoya. Je lui tiens simplement  la main, sauf au moment où je sens une main me toucher la hanche. Mon sang circule six fois plus vite que la norrmale, il se glace me provoquant des frissons sur le corps entier et cette fois, je ne retiens pas mon cri. Je viens me coller à Kyoya et prends son bras pour m'enrouler dedans. Il est assez costaud donc je pense qu'il pourra me protéger s'il y a la moindre chose, même si tout ça n'est que de la fiction, ça semble si réel.

Au bout de cinq minutes de marche, le supplice se termine enfin.
« Ah, je vois le bout du tunnel ! »
Je me détache de Kyoya et en sautillant j'approche de la sortie. Bien sûr le dernier mot pour la fin...
« BOUH ! » suivi d'un cri aigu. Ils m'auront traumatisés jusqu'à la fin. Je revois la lumière, je crois que mon teint est pâle, mes cheveux sont en catastrophe et mon cœur... Au seigneur mon cœur j'ai crû qu'il allait exploser ! Je me tourne vers Kyoya, il a l'air d'aller bien. Je gonfle les joues, serre les poings et lui offre une moue faussement boudeuse.

« Kyoya, en vrai tu veux te débarrasser de moi hein ? Tu as voulu me tuer, méchant ! Je vais me venger je te le jure ! »

Oui mais comment ? Je regarde les attractions à gauche, à droite. Je regarde le plan du parc. Kitty parc. Non ce n'est pas un parc à chat, c'est le parc d'hello kitty, le chat blanc connu des enfants de sexe féminin. En plus c'est juste à côté. Je viens le chercher et prends sa main.

« Allez viens. »

Je le tire et j'arrive finalement devant cette porte avec mon Kyo à mes côtés. La porte est rose, tout comme le sol du parc à thème. On avance. Je vois beaucoup de maman qui regarde Kyoya, MON kyoya. Ah j'en ai marre ! Je soupire discrètement. Plus je les vois le regarder, plus je veux l'embrasser.
« On monte dans les tasses ?! »
Oui, vous savez ce truc qui tourne et tourne dans tous les sens. L'attraction pour enfant quoi...


Sauney de Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age IRL : 22
Messages : 14
Généticien / Humain
Voir le profil de l'utilisateur




Kyoya Kurosawa
Généticien / Humain
Mar 28 Fév - 9:06
⌞Le chat et la souris⌝
Elle tenait ta main gentiment, comme une enfant, tu la serres un peu, tu la regardes, tu la vois grimacer dans la file d'attente, aurais-tu mal choisi ? Tu la savais un peu craintive, mais tu pensais aussi que ça pourrait la forcer à rester contre toi et dissuader certain gêneurs potentiels. Cette fois c'est Hime qui te serre la main alors que vous entrez dans la grande bâtisse. Les chariots sont étroits, on a l'impression qu'ils sont rouillés. Tu aimes bien ça toi, ce genre de sensations fortes, mais pas Hime visiblement... vraiment pas.

Elle se crispe, couine, tente de garder son calme, alors que tu t'amuses comme un enfant dans un magasin de bonbons ! Nous descendons du trains, après un passage plutot court à ton goût dans des galeries où s’enchaînaient squelette et hémoglobine. Le parcourt à pied était bien plus sympa, ce ne sont plus des pantins qui viennent nous effrayer, ce sont des gens deguisés ! Tu ris souvent, tu sens Hime se coller à toi, tu ne penses pas à la rassurer, ou que très peu en passant ton bras autour de ses épaules, mais rien de plus, tu profites de l'attraction avec joie.

De la lumière, déjà ? Tu sourit en entendant la jeune femme s'émerveiller, néanmoins tu sais que ça ne peu se terminer aussi bien après les cinq dernière minutes de supplice. Et tu avais bien raison, un dernier pour la fin, tu ris, elle sursaute au dernier « bouh ». Elle boude un peu en me voyant, tout sourire, le cœur bien accroché. tu rigoles encore à ses réflexions, me débarrasser d'elle, quelle idée. Tu avances encore vers elle alors qu'elle te prend la main pour te tirer, Elle te laisse guider docilement alors que des regards se posent sur toi, la plupart de jeunes femmes, d'autre moins jeunes certes, mais qu'est ce que t'y pouvais !

Tu sentais la main de ta partenaire de jeu se serrer sur la tienne, plus vous avancez plus elle semble s'agacer intérieurement, tu arques un sourcils avant qu'enfin vous n'arriviez... a une zone du parc que tu aurais préféré ne jamais connaître.
Tu fais une moue, mais tu acceptes, c'est de bonne guerre, tu lance un regard complice à Hime, tu avais parfaitement compris qu'elle te rendait la pareil sur la maison hatée.

Les tasses ? Mmh ok.

Tu ne peux pas refuser, tu avais pourtant vite le tournis... mais c'était pour elle. Vous montez donc, après avoir attendu votre tour. Tu montes sur la plate forme alors qu'Hime te lâche la main pour choisir votre transport, ton objet de torture. Une petite bleue, tu t'installe, il n'y a pas de ceinture... ça commençait bien. Tu grimaces, mais rien n'a pourtant encore commencé.

Coup de sifflet, tout s'enclenche, tout commences à se mouvoir en une danse synchronisée, tu tentes de garder ton centre d'inertie bien en place, mais peine perdu, tu tangues, tu vacilles, tu te sens faiblir, ta vision se perd, tu as définitivement le tournis. Tu grimaces un peu et essaies encore de garder les yeux droits, mais difficile, tu regardes donc Hime, qui semble s'amuser autan qu'elle se fiche de toi, tu lui tires la langue et attends que ça passe. Tu te rapproche d'elle pour lui prendre la main, esquivant ainsi ton malaise et ta recherche d'un point d'encrage pour tenir encore les dernière minutes. Plusieurs femmes t'ont bien remarquées, elles ont vu ta détresse... et ce qui devait arriver arriva.

L'attraction se terminait, vous descendiez ensemble, et la, un groupe de jeunes femmes se ruèrent sur toi, te harcelant presque de question, t'étouffant, ne te laissant pas un répit entre les « vous allez bien, vous êtes tout pâle... » etc. Tu tentais de te défaire de ce groupe dont Hime se faisait repousser petit à petit, vos bras tendus, vos mains sur le point de se lacher, tu tentais de la garder à vue tout en te faufilant hors de cette spirale infernale, mais trop tard, tu échappes enfin aux harpies, mais tu ne vois plus Hime...

Ton regard s'affole, tu la cherches encore et encore, tout en esquivant les nanas de tout à l'heure, tu te croirais presque agent secret, mais l'heure n'était pas à la plaisanterie, tu commençais à t'inquiéter un peu là.


Paroles : #bb7b7b ║ Pensées : #7b8ebbGomen pour mon groooos retard...



I’M JUST THE BOY INSIDE THE MAN, NOT EXACTLY WHO YOU THINK I AM, I REMEMBER WHERE IT ALL BEGAN SO CLEARLY, I FEEL A MILLION MILES AWAY, STILL YOU CONNECT ME IN YOUR WAY, WHEN I COULD ONLY SEE THE FLOOR, YOU MADE MY WINDOW A DOOR, A STRANGE TYPE OF CHEMISTRY, HOW YOU’VE BECOME A PART OF ME, YOU’RE THE ONLY ONE WHO KNOWS WHO I REALLY AM
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Sam 1 Avr - 21:36


Le chat et la souris
C'est moi le chat !





Toutes ces tasses sont si mignonnes ! Il y en a tant que j'ai du mal à choisir : des rouges, des roses, des jaunes, des bleus, des cœurs, des pois, des rayures. Malgré la simplicité de l'attraction j'ai l'impression d'être dans le monde d'Alice aux pays des merveilles. Et si j'étais Alice, Kyoya serait mon chapelier fou ? Je secoue la tête, il est impossible que Kyoya soit aussi fou que l'Alice que j'étais. J'avais beau réfléchir il était sûr que si Kyoya sortait d'un Disney il ne viendrait sûrement pas d'Alice in Wonderland ! Si je réfléchis bien, si je replonge dans mes souvenirs depuis ma naissance, je le verrais plutôt comme le conte de fée « la belle aux bois dormant », car après tout Kyoya m'a réveillé d'un sommeil profond. Evidemment, si on oublie le fait qu'il ne m'a jamais embrassé et qu'il baise d'autres femmes... Finalement, ma vie n'a rien d'un compte de fée, je suis juste la fille de Kyoya, rêvant d'un amour interdit.

Alors, au lieu de rêver d'amour et d'eau fraîche, je vais vivre cet instant présent et m'amuser dans ce parc avec mon père. Le tour est terminé, c'est maintenant à nous de monter dans une tasse. Je lâche la main de Kyoya et courre pour choisir une tasse, choix difficile, mais le bleu est une couleur qui me va bien alors je choisi cette petite bleu au centre du manège. Je monte, Kyo me suit, je le regarde excitée, mais Kyo... Il ne l'est pas... Il a l'air angoissé. Comment pouvait-il l'être alors qu'on venait de terminer un tour à la maison hanté ? J'entends un coup de sifflet et mon excitation commence à grimper, je suis comme une petite fille, c'est vraiment marrant. Je prends le volant et tourne, tourne, tourne. Je ferme les yeux et je peux sentir mes cheveux voler au vent. Qu'elle sensation agréable. C'est au moment où j'ouvre les yeux que je vois que Kyoya ne s'amuse pas. Je voulais me venger, mais le voir se forcer à sourire... ça m'ennuis. L'attraction est bientôt fini alors je profite, et la prochaine fois je ne l'emmennerai plus dans quelque chose qu'il ne voudra pas. En y repensant il doit se trouver ridicule, il y a tant de femme autours de nous qu'il doit avoir honte.

Il y a un nouveau sifflement, cette fois il a signifié la fin de l'attraction. Je me suis amusé et je repars avec le sourire, parce que même si c'est la fin pour celle-ci d'autres nous attende pour le reste de la journée. Main dans la main, je sors du manège avec Kyoya, je regarde plus sérieusement le plan pour voir ce qui pourrai réellement nous plaire à tous les deux, parce que j'aime le voir sourire. Alors que je suis absorbé par la carte, j'entends des piaillements féminin et puis la seconde où je lève la tête Kyoya s'éloigne. Je sers sa main, du moins j'essaie et au moment où celles-ci se lâche, je tombe par terre sous le poids d'une vingtaine de fans.

« Ah mon sac ! »


J'essaie de rattraper mes affaires, mais rien n'empêche ces folles de me marcher dessus et bien-sûr ma main passe sous un talon aiguille. Fort heureusement il n'est pas trop pointu, mais je crie de douleurs. Je rassemble mes affaires et je me relève, je cherche mon Kyoya du regard et je ne le trouve pas.

« Kyoya ? Kyoya ?! »

Je monte sur un banc pour voir s'il ne serait pas au milieu de a foule, mais non. Je commence à avoir peur et dans la panique je cours faire tout le parc en hurlant son nom. C'est seulement après avoir fait tout le parc d'Hello Kitty que je me souviens avoir un téléphone. Je cherche dans mon sac, je cherche et je cherche, mais je ne le trouve pas.

« Oh non je l'ai perdu ! »

Pourquoi dans un moment comme celui-ci ? Les larmes me montent, dans ce parc, je suis comme une enfant perdue. J'essuie les larmes qui coulent de mes joues alors que le noir de mon mascara vient salir mon visage. Les enfants ont peur de moi, j'ai du noir partout. Personne ne s'arrête, ils m'esquivent tous.

« Kyo...Kyoya ? »

Je continue quand même de le chercher, je vais bien finir par le trouver quelque part. J'espère juste, j'espère vraiment ne pas le trouver avec une femme.
Après  une ou deux heures de recherche je m'assoie sur un banc, il va forcément me retrouver, hein qu'il va me retrouver ?... Et s'il est parti avec une femme ? Et s'il m'avait oublié ? Je me mets à penser au pire absurdités possibles...


Sauney de Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
PV Hime - Le chat et la souris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Je suis le chat, Jack la souris et toi Jenna ? [Pv: Jenna et Jack]
» Le Chat et la Souris. Et le Poulet.
» ❝ Quand le chat dort, les souris dansent - Ft. Dorian Mayne
» [Moment fort 17] : Quand le chat dors les souris dansent
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent... OU PAS !! [Pv Bulle et Flamme]

Relife Rpg :: Préfecture D'Osaka :: Universal Studios Japan-
Sauter vers: